Ligue des Poètes

En dehors de tout

La liberté se tient en dehors de tout ce qu’on refuse. Elle effectue donc des choix. L’être qui se veut vraiment libre se fait vite détester. Il devient excessif, intransigeant et parfois trop téméraire. Il s’éloigne progressivement des conventions sociales,… Lire la suite →

Évasion saoule

Sur la terrasse de l’espace
L’esprit a embrassé sa muse,
Puis il sourit à l’arbre en forme circulaire,
Il regarde le ciel, la lune enlève son drap sous anesthésie.

J’ai enfin compris

J’ai acheté les gens avec l’argent

le cœur de pierre

la mer a façonné ses roches vallonnées en temps immémoriaux et en rêves glacés infatigable allant , ressac inavoué Qui résonne sans bruit au cœur des coquillages . La mer a ferraillé, a sculpté un passage dans les terres arides… Lire la suite →

ZENITUDE.COM

Elle est ce rayon de soleil qui s’immisce dans les interstices d’un volet clos sur les merveilles d’un petit matin fait de délice Elle est la rose égarée près de la cabane du jardin quand la blancheur de la rosée laisse… Lire la suite →

Une vie, le temps d’un éclair

Fécondé par fortune, voile déchiré de l’hymen,
l’être se construit merveille, cellules en méiose,
Dans le liquide protecteur, en sourdine, osmose…

LES HIRONDELLES.

Les hirondelles sont parties, Vers d’autres cieux plus beaux qu’ici, Chanter des airs de ritournelle, Et partager raies de lumière. Mais ici les oiseaux se meurent , Dans les jardins,  dans les demeures, La vie sans vous passent les jours,… Lire la suite →

Poète ! Êtes-vous dans vos vers…

Poète ! Êtes-vous dans vos vers ? J’y suis caché !
Dans l’ombre où chaque mot lettre à lettre s’ajoute.
Dans l’océan, je suis sans conteste une goutte
D’eau…

AU ROYAUME DE L’AMOUR ET DU PARDON

 » Notre prophète n’a t-il pas, quand son visage couvert de sang,
excusé ses assaillants pour la violence de leurs pierres?  »

Ma plume

C’était un bon petit  commerce, A midi déjà le success, Mais bien trop vite fatiguée, J’ai fini par fermer. C’était la meilleure amie du village, Elle et moi , on avait pas d’âge, A s’amuser tant qu’on s’ennuyait, Comme deux… Lire la suite →

Chemin du bonheur (Mouwachach)

             Chemin du bonheur (mouwachach) Je flâne sur ton corps en phare toute flammeEnvoûtement d’un rituel à chaque nuitMe mouvoir en tes bras mon amant que j’acclameNotre amour enchanteur ne connaît pas l’ennui. Le chemin… Lire la suite →

Haïti

Me voilà loin de toi, ô pays que j’adore,
Privé de ton soleil, du calme de tes bois!
Me voilà loin de toi pour un mal que j’ignore
Avoir commis pourtant lorsque rég

DÉBUT. ET. FIN

Dans la vie,tout a un début, et une fin. Un amour de fortune, qu’on croise sur un chemin et comme un gamin on rêvera de décrocher la lune même sourire à dame fortune souvent un signe de la main promesses,… Lire la suite →

L’amour est un hors la loi !

Ma force est d’être humble

Mon alliée est Dame Sagesse

LASSITUDE (6)

Englué dans sa vie et ses viles turpitudes
Recroquevillant envies en amère solitude
Il aimerait s’éloigner de ces matins chagrins

Mon Ramadan

Sans la permission de qui, plus que tout, j’aime,  Et bien avant l’âge requis, pour ce grand devoir, Tôt, dès le matin, sans rien manger ni boire, Je suis sorti  à l’assaut du grand carême. C’était un jour d’été, début… Lire la suite →

Aimant

« Il sommeille en tes joies un immense butin,
De vermeille oubliée, d’éphémère satin,
Tes jeux simples guérissent mon fragile tourment… »

SEMPER EADEM 💋

Je pleurerai toujours au creux de ton épaule, Puisque l’amour est larme et que ton arbre est saule

Le doux réveil

Printemps en merveille

Dans sa robe en dentelle

C’est le doux réveil

L’indifférence

Je ne suis rien de plus que ce que tu pourrais être.
L’avis donne des idées, la vie t’aide à les concrétiser et si tu rêves c’est que le sommeil t’a gagné
Si tu n’a

SOUDAIN … La LYME …

C’était après les vacances d’été, un détecteur
La maladie de Lyme a infecté un fonceur
Lui si jeune et rempli de candeur …

S’il suffisait. . . .

S’il suffisait. . . S’il suffisait d’inventer sa vie Pour rendre l’amour à sa place Chasser les fantômes hors de leur lit Et contempler ses rêves à l’aube devant sa glace . . . . S’il suffisait de raturer ses… Lire la suite →

Deux anges.

A sa vue
Plus rien n’existait
Que son regard

– MiRAGE –

– MiRAGE –

Ballade dans ce grand blanc
Blanc manteau de mère nature
Je traverse ce paysage drapé
Parsemé de ces diamants solaires……….

« Anciens poèmes

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils