Partagez

24 novembre 2016

Ce matin ma tête aimerais tant partir sans violence
Je m’attache depuis trop longtemps à la survivance
Comme les anges je suis ma vie sans bruit en errance
Un fil invisible me relie au lendemain qui enfile mes absences
Je suis zéphyr une brise dans la foule inaudible en ignorance
Une âme invisible translucide une nouvelle lune transcendance
Même mes mots se métamorphosent en astronaute le cri du silence
Ce matin, présentement ma tête aimerais tant partir sans violence

Michel Jetté



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 2 votes