Partagez

Je sais la solitude
Je sais vos lassitudes
Vous ne m’en cachez rien
Témoin au quotidien

Vos corps qui vacillent
Vos têtes qui s’embrument
Cette vie qui oscille
Légère comme une plume

Ne tient plus qu’à un fil
A quoi bon s’accrocher
Dans ces instants stériles
Où s’étiolent vos idées

Votre foutue vue qui baisse
Audition en souffrance
Vos rides qui s’affaissent
Volonté en partance

Obsession sans cesse
Pour vos selles trop rares
Vous vivez dans le stress
Constipation notoire

Bien sûr vous l’aimez
Toute votre descendance
Mais vous êtes fatigués
Voulez quitter la danse

Vos amis tous partis
Pour leur plus long voyage
Vous laissent un peu aigris
D’être sur le rivage

Où plus rien ne vous sied
Où un rien vous épuise
Et vous vous en allez
Enfin, vous lâchez prise

Vous avez bien vécu
Et vous laissez la place
Partez pour l’inconnu
Enfin, de guerre lasse



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 20 votes