Partagez

A en croire le message de l’équilibre
Le sommet triomphera de l’horizon
Et l’oiseau porteur de l’héritage
Rythmera de ses ailes les paraboles de la mémoire

La quête de l’eau finira par suspendre l’obstacle
Et le vent dépouillé de l’abîme conquérant
S’accrochera aux clairières pour prendre racines

L’ombre de la plaine aux couleurs de couleuvres
Maîtrisera la tempête sauvage des cathédrales
Dans le fabuleux mystère des orgues et des songes

Peuplé de graines et de légendes
La braise remontera à la surface des nuages
Pour ensemencer le hasard des avalanches
Afin de masquer l’empreinte imprécise du crépuscule

Rectiligne le vertige tracera de sa flèche le chemin du fruit
Et le funambule fasciné fera naufrage
Sur les murailles du silence
Formant ainsi le trait d’union
Entre l’espace et la magie de la lumière

Dans les voiles gonflées d’étoiles et d’oracles
La source plongera son fatal fardeau

Les fleurs prendront naissance dans la clarté du reflet
Et la blancheur écarlate du marbre poli par le destin

Pour mieux briller d’impossible dans le sillon du rêve
L’étincelle dénudée s’effacera sur l’enclume du vide
Bousculant ainsi la fièvre passagère de la gloire

Il restera l’encre sur le buvard et toute l’imagination du monde
Pour feutrer la chaleur du verbe.

Pierre Poquet
Poème sans titre 1994



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 5 votes