Partagez

A L’ABORDAGE DU VENT

« Toutcet espace tout ce temps trop vaste pour notre désir,

     Etl’océan qui bat ici unique et inchangeable

    Entre les parenthèses de l’instant,

     Ici et maintenant »,

(Jean Fanchette )

« Je m’appelle sommeil »

                                              A JEAN FANCHETTE

I

Le flux ramasse

Le bois mort

Dans l’angle solide

D’un garde corps

Chandelier verticale

Plante

            grimpante

Un fruit perdu

Gonfle le cerf-volant

Dans le vacarme

Elargit

Par l’extrémité

De l’arceau.

II

L’interférence des faisceaux

Superpose

L’addition des ondes

Des franges sombres.

III

Rameau arçonné

Au sommet

De la vague.

 IV

Au village

                  Infatué

Une fontaine

                  Imparfaite

Et jalouse

Protège  la tourterelle

Du chant des sirènes.

Plus loin

Pudiquement

Un autre oiseau

Bien différent

Aux paupières dessillées

Se baigne

Dans un flacon

De pluie

                   Arénacée.

 V

Oves et dards

Se succèdent

Sur la gorge serrée

Sur la gorge serrée

L’ardillon

Devient

                 L’ami

                                 De l’oeillet,

  VI

En dernier ressort

Des rayons de miel

                                     Lancéolés

Conduisent le deuil

Des alvéoles

Des fleurs

déclinantes.

VII

Un filet de pêche

Sur les épaule

Redresse l’encolure.

VIII

Jonction

                   Lumineuse

Berceau

                   De voûte.

IX

A certain degré

De l’éperon

La sole

Se meurtrit

L’instant

                 Gagne

                             Le vertige.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2 sur 1 votes