Partagez

Maman, tu as le regard d’un ange,
Tu es belle d’amour, tes yeux sont délavés,
Ce sont tes mots, d’ironie tu n’as jamais manqué.

Je t’aime à le folie, plus ta mémoire flanche,
Le concert d’Aranjuez tu as chanté dimanche,
Mon cœur n’avait connu u tel moment immense.

Parfois je souris lorsque tu me rondes, sermonnes,
Je suis la plus vilaine de toutes les polissonnes.
Ensuite je t’emmène un peu plus loin dans la ronde,
Dans un instant présent qui te rend plus féconde.

Tu me dis des secrets que jamais tu racontes,
Je ne le dirai pas, cela sera un songe,
J’en connais beaucoup des songes sans mensonges.

Ce seront mes secrets, je te promets mon ange,
Ma maman, mon enfant, mon amour n’a plus d’âge,
Que celui de l’amour, la candeur, l’innocence.

Tel un enfant perdu, je te prends par la main,
Tu m’as donné la vie, je te donne un jardin,
D’amour, de joie, de rires et quelquefois de larmes,
Sont parfois nécessaires pour reprendre les armes.

Maman, tu es pour moi la plus belle du monde,
Longtemps, je veux te voir remplie de joie qu’inonde,
Ton sourire d’amour de cette joie profonde….
Mary



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 6 votes