Partagez

Si vous saviez ma Mie,
Qu’un seul jour loin de vous
Est un jour maudit.
Mon cœur est entravé
De sentiments trop lourds
J’ai mal à respirer
Je ne pense qu’à vous.
J’ai porté en pétales
Des mots de velours rouge
Sur un long parchemin
Ils défilent en rafales.
Dites, quand reviendrez-vous ?
Je me sens si petit,
J’erre comme un étranger,
Dans cette ville obscure,
Je vous cherche étonné.
Mon tendre et bel amour,
J’aimerais vous combler,
De baisers, de caresses
Et m’étendre à vos pieds.
Vos mains pâles et douces,
Laissent encore sur ma peau
Votre empreinte de rousse.
Chevelure flamboyante,
Regard hallucinant,
Voici ce que j’aspire,
A revoir maintenant.

Tous droits réservés©Marie-Hélène Coppa
poésie publiée sur mon blog « Mon coeur en poésie » mh Coppa



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 18 votes