Partagez

A l’aube des beaux jours je retrouve l’espoir
Qu’une inspiration envolée me revienne,
Et ajustant mes mots sans que je m’abstienne,
D’écrire ce poème et sans le laisser choir.

Ainsi, persuadé de ne plus décevoir
De ma plume légère et enfin quotidienne,
Alignant tous les vers pour qu’alors je m’entraine
Afin que ma raison soit celle d’émouvoir.

Je laisserai mes mots perdus dans le brouillard
Ressortir du mystère en un heureux hasard
Pour avoir le désir de remplir une page.

Ma muse laisse donc cheminer mon envie
Au gré de ce beau temps avec un paysage
M’apporter ce doux rêve en terminant ma vie.

Claude Turmo



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes