Partagez

À MON TENDRE LIT

Mon lit, ô mon tendre lit !
Voici dix ans de sommeil,
Qu’entre extase et hallalis,
Tu égaies tous mes réveils,

Par l’odeur fidèle de tes draps ;
Et, entre ta paire pulpeuse d’oreillers,
Où mon cœur fait ses choux gras,
Sur mes deux oreilles je dors, émerveillé.

Mon tendre lit, ô mon égérie !
Source de mes plus belles songeries,
Tel un matelas, ton charme est doux ;
Et de tes pieds fermes, je tiens debout.

Et quoique ton sommier soit fait de lattes,
Fines et délicates, qui n’en prendrait soin ?
Celui qui rêve de beaux jours et chante,
L’amour d’une femme l’aimant tel un Saint !



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant