Partagez

A quatre pas
tu as dansé dans mon coeur
Oui, à quatre pas,
Comme une eau de coco
qui bout dans ma tête
Quand j’ai appris que la vie
t’a livré à la mort.
Ce qui était belle!
C’est que tu as pu dompter les vents sauvages
par la puissance de tes mots.
Claude, toutes les saisons sont devenues orphelines,
Toutes folles, dit-on
Depuis que ton corps devient
le bon mets des verres .

Oh ! Fignolé,
il n’y a plus de soleil sur l’île
Plus de fleurs au bord de la vallée.

C’est en dansant-mourant de liesse
Que Legagneur a traversé cette mer noire
puisqu’il rêvait un jour de mourir
Dans le bras d’un mot-mort
A quatre pas,
J’aime bien la douleur que je porte en moi pour toi
puisque tu t’en dors en poésie de mots-morts.
Morts-chanson-boréale sur mes lèvres
Mots que je porte en moi pour toi sont morts

Selmy Accilien



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes