Partagez

Perdu dans les méandres des pensées obscures

De ma vie si rude et impure

Je me demandais quand viendrait

Celle qui engendrerait

En moi ces sensations très étranges

Qui parfois, nous dérangent

Un jour à tout hasard

Je broyais du noir

En me promenant le soir

Sans savoir qu’il se faisait tard

 Et je t’ai vu dans le noir

Tout près de ton joli manoir

Ta beauté foudroyante

A créé en moi, une tourmente pleine d’épouvante

Je t’ai admiré sans en avoir l’air

Mais dans mon cœur tout était très clair

C’est toi que j’attendais 

Pour sortir de mon inanité

C’est toi que j’attendais

Pour ouvrir ma vie à cet amour tant désiré

Mes nuits sont désormais pleines de rêve

Où ton doux visage ne me laisse aucune trêve

Mes journées sont peuplées de ton image

Qui devient peu à peu un mirage

A présent, j’entrouvre mes bras

Pour que tu viennes à moi

Je t’adresse cette belle mélodie

Pour te dire que de toi, je suis épris

Et j’espère qu’un jour de ma vie

Nous serons infiniment unis

Que tu m’ouvriras ton cœur

Pour que j’explore ses profondeurs !

SERGES CVRILLE KOOKO



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes