Partagez

De gauche à droite,
Glissant sur le sol,
Le son m’emporte,
Le souffle se coupe,
M’accompagnant durant cet instant,
Je m’évanouie,
Tout recommence,
D’un haut degrès j’éveille mes sens,
Par un goût sucré je me laisse emporter,
C’est chaud, c’est mouillé,
Le refus n’est pas appliqué,
Je n’aime être ainsi nommée,
Juste par désir de m’échauffer,
Le corps tant troublé,
Habité par l’électricité,
Ne fait qu’exprimer l’envie de m’agiter.

© « À toi – Agitation » – Virginie Krahn (2018)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes