Partagez

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé,
Ce jour, le proverbe est criant de vérité.
Je m’étais promis de tout faire pour t’en sortir,
Mais ton mal, de ce que j’en pensais, était pire.

La haine et la souffrance, au plus profond de toi,
Etaient sentiments que tu ne maîtrisais pas.
Vengeance était devenue ta seule obsession,
Chemin qui ne mène que vers profonde déraison.

Tu as fait mal, mais tu es très intelligente,
Et tu as pris conscience du mal-être qui te hante.
Ecoute bien ceux et celles qui sont autour de toi,
Qui t’aiment plus que tout et souffrent tout autant que toi.

Tu as du caractère, tu dois l’utiliser,
Non pas pour faire le mal, mais juste pour te soigner.
Des pires épreuves, on peut toujours sortir vainqueur
Suffit de le vouloir et d’y mettre tout son cœur.

Derrière ta carapace que douleur a forgée,
J’ai senti ingrédients d’une belle femme à aimer.
Ton cœur est empreint d’un sentiment de pureté
Que ton venin a momentanément caché.

Je t’en prie, Petite Love, faut plus les décevoir
Ces gens que tu aimes tant et qui voudraient revoir
Ce joli sourire, dont tu es propriétaire,
Mais sans rictus de la haine qui ne te va guère.

Je sais ta douleur et comprends ton aversion,
Mais à tout mal, il faut savoir tourner talons,
Promets-moi de rebrousser sentier malfaisant
Et de trouver enfin route des bons sentiments.

Quant à moi, je ne pourrai jamais t’oublier,
Me reste tes photos et tes textes parfumés.
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé,
Jamais proverbe, aujourd’hui, n’a autant parlé…

Gilles Abadie

http://ekladata.com/OZpbzOux-dWVbJH6GNUvLMJtBR8.jpg



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.4 sur 10 votes