Partagez

Quand ma chair sera parfaitement dévorée
Et que mes os seront également rongés
Quand mes yeux ne seront plus capables de voir
Gobés s’en tenant à des traits illusoires
Quand mes cheveux auront terminé de pousser
Ainsi que mes ongles qui ne pourront griffer
Quand ma voix sera tue pour avoir trop hurlé
Et mes oreilles sourdes d’avoir écouté
Serai- je solitaire dans mon caveau de pierre
Ou jouirai-je d’escorte familière
D’une compagnie gloutonne et gourmande
De celles qui dévorent et s’affriandent
Raflant tout et le reste sur leur passage
Souhaitant toujours se gaver davantage
N’ayant rien à offrir point ne les convierai
Me ferai discrète et les éviterai
Il ne sert à rien d’avoir des hôtes ingrats
Qui l’estomac plein, délaissent la ziggourat
Il est bon d’être seul plutôt que mal marié
L’adage convenant aussi à d’autres pensées
Je calmerai ma faim en suçant des cailloux
Etancherai ma soif à force de bagou
Me promènerai nus pieds sur les nuages
Me bercerai avec des airs d’un autre âge
J’inventerai à nouveau la mélancolie
Et ferai qu’elle soit différente de l’ennui
La nostalgie sera brossée et essuyée
Et nulle poussière ne viendra l’altérer
Je me loverai dans mes doctrines sombres
Et de ma vie passée courrai après les ombres
Puis quand je serai lasse et désabusée
Me trouverai sereine dans mon mausolée
Regrettant de ne pas vivre encore une fois
Pour faire de l’anéantissement ma loi

Jacqueline Grout – Adages
image: intentblog.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.25 sur 8 votes