Partagez

Seulement hier, je vivais un monde merveilleux
De petit enfant , dans les poches, pleins de bonbons
Gâté par mes parents, j’étais tellement heureux,
Bercé par les manèges qui tournaient tous en rond.

Hier encore je n’avais que vingt ans,
Ah le bon vieux temps des amis, des filles si jolies
De l’insouciance aussi d’adolescent
Des aventures, des rires à ne plus finir et des folies.

Hier seulement, je n’avais pas atteint trente ans
Aussi charmants que leur jeune et jolie maman
Déjà père de quatre jeunes et beaux enfants .
Accident fatal, fauchée ma jeune et jolie maman.

Pour oublier cette tragédie, de folles années,
Notre couple, passées à voyager, nous amuser
Et la vie à pleines dents, nous l’avons croquée
Ensemble avec nos enfants qui en ont bien profité.

Mais Inéluctable viendra la porte de la vieillesse
Le temps des impensables regrets et celui des larmes
Adieu mes belles amours, adieu sublime jeunesse
Face à l’indomptable destin, je serai sans armes.

Lors mon frêle corps raidi, telle une branche sans sève
A mon tour au lit cloué, sans plus penser à demain.
Mon temps se sera écoulé, adieu la vie, adieu beaux rêves,
Priant une dernière fois aussi et pour moi sera la fin .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes