Partagez

La vie me rappelle l’histoire d’une fille, peut être un garçon, une femme, un homme, un vieux ou une vieille. Ça me rappelle plus la vie d’un mort.
La vie, c’est mon histoire, ça a commencé un jour et finira un autre.
La vie, c’est le moi enfant , innocent et humain ,je suis apparue un jour et j’ai dissparu le même jour.
Suis-je une vie morte ou une mort vivante ?
Je suis plus une vie mortelle et c’est pire.
Quand on ouvre les yeux pour la première fois, on sent la fraîcheur, peut être le froid,un froid glaçant et unique ,qu’on oublie toujours mais qui n’arrête de nous suivre,c’est peut être le froid d’hiver,du bain matinal, du réfregirateur , c’est sûrement un froid de crainte , une crainte de vivre.
Je ne savais pas qu’on pouvait se craindre, or j’étais sûre qu’on pouvait sentir le froid, on est vivant.
La vie, c’est ma philosophie et j’en suis fière.
La vie, c’est le moi philosophe, innocent peut être , humain, j’en sais rien, je suis apparue un jour et je suis réapparue le même jour.
Suis-je une vie signifiante ou une mort significative ?
Je suis plus une vie philosophique et c’est meilleur.
Quand on ferme les yeux pour la première fois, on sent le vide, peut être l’infini, un infini absurde et étranglant, qui nous oublie toujours, mais qu’on n’arrête de chercher.
C’est peut-être l’infini de la chambre, de la tasse du thé, ou du rêve, c’est sûrement un infini d’espoir, un espoir de vivre.
Je ne savais pas qu’on pouvait s’espérer , or j’étais sûre qu’on pouvait remarquer l’infini, on est vivant.
La vie, c’est ma coupe de cheveux, et elle me manque. la vie c’est le moi vivant,jusqu’à demain peut être, pour longtemps , j’en sais rien, je suis apparue un jour, ma coupe de cheuveux m’a quitté le deuxieme jour et je disparais pour toujours.
Suis-je une vie carrée ou une mort en dégradé ?
Je suis plus une vie sans coupe et c’est regrettable.
Quand on brosse les cheveux pour la première fois, on sent le génie créateur, peut être la beauté, une beauté dissimulée et harmonieuse, qui nous oublie à cause du temps et qu’on n’arrête de s’en souvenir grâce aux petites chutes qu’on voit chaque jour devant le miroir, un miroir qui ne dit que la vérité.
– Miroir, miroir qui est la plus belle?- la plus belle a perdu ses cheuveux .
– La belle, la belle qui est le miroir honnête? Le miroir honnête a perdu son reflet.
C’est peut être la beauté des mèches noirâtres , du peigne,ou du son de la chute, c’est sûrement une beauté de perte d’espoir,une perte de vie.
Je ne savais pas qu’on pouvait se perdre, or j’étais sûre qu’on pouvait être beau, on est vivant.
La vie, c’est mon existence et elle me manquera prochainement.
La vie, c’est le moi mort, jeune et heureux.
J’en sais rien à propos de la mort, je saurai prochainement, je disparaîtrai pour toujours.
C’est peut-être une mort du petit sourire la veille, du petit saut de la balançoire ou la mort de mon écureuil , c’est surement une mort de vie.
Je ne savais pas qu’on pouvait se tuer, or je savais très bien qu’on pouvait soudainement mourir, le visage pale, et les cheveux manquantes, on est vivant.
La vie, c’est mon au-delà,ça n’a jamais commencé, ça a fini il y a longtemps.
La vie, c’est le moi inexistant, flou et vague,qui me chasse depuis deux ans et à qui j’échappe il y’a deux decennies.
Quand on arrive plus ni à ouvrir, ni à fermer les yeux, ni à voir la beauté, ni à être philosophe de soi, on sent un infini diffèrent, cette fois un infini fini. C’est peut-être l’infini de la vie , de l’existence ou de la mort, c’est sûrement un infini de tout et de rien.
Je ne savais pas qu’on pouvait s’absenter à l’infini, or j’étais sûre qu’on pouvait inexister, on est vivant.
La vie me rappelle plus la tragédie comique d’une fille, une femme ou une vielle, ça me rappelle la mort d’un vivant.
Adieu la vie, on ne se verra plus jamais…



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant