Partagez

Malgré les houles et le tangage

Qui font rouler le paquebot,

On tient fort la barre et tantôt

On abordera le rivage.


Le navire n’est plus au large.

À l’abri des chocs, ce bateau

Est solide par son soufflage,

Et il résiste au violent flot.


Il est plaisant notre voyage

Entre la douceur de nos mots,

Nous transportant loin des nuages,

Loin des soucis, de tous nos maux.


Je vous dis s’armant de courage,

Adieu, amis et à bientôt.

Ce poème est un bel hommage,

À tous les beaux coups de pinceau.


Marguerite Voltaire



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5.31 sur 245 votes