Partagez

Aimer c’est s’extirper de l’égoïsme,

et découvrir béa, le réel altruisme

C’est plonger serein dans l’inconnu,

Sans protection ni retenu,

se livrer nu.

Aimer c’est partir à l’aventure,

Le cœur ouvert sans armure,

au risque meurtri de blessures.

C’est parfois essuyer un refus,

Pleurer les larmes de son cœur,

cette espérance déçu, rancœur,

cette douce souffrance, malheur.

Point connaître les affres d’un non,

Les tourmentes et les maux soufferts,

jamais son âme léguée tout entière,

alors, celui là n’a pas aimé, à raison.

Aimer c’est souvent souffrir,

et du mal doucereux pâtir,

Aimer c’est soi même s’oublier,

son âme son corps même ignorer,

pauvre erre, il meurt d’amour,

sa passion inassouvie, seul périr.

Aimer c’est surtout, grand bonheur,

de notre premier souffle, primes lueurs,

recherche insatiable randonneur.

partager joies et peines , gageure.

L’amour vient à manquer, stérile,

la vie s’ écoule morne, néant futile.

Aimer c’est aussi cultiver l’amitié,

Partager le courroux , en écho

Solidaire, soulager les sanglots,

l’autre enfin regarder, solidarité,

Dans un élan aimer en fraternité.

C’est un état d’esprit sans calcul,

Vivre sur un fil, funambule,

Malgré soi, marcher somnambule.

Aimer c’est crier haut sa vérité,

Tomber les masques, sans ambages,

notre volonté pour seul bagage.

De passion vivre nu l’émotion,

Oublier le soi, totale abnégation.

Bienheureuse langue de Molière,

qui dans le mot Amour, clame

heureux hasard, le suffixe âme.

Dans un dernier râle, Aimer, sincère

et partir heureux en âme solidaire



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes