Partagez

AIMER, ENCORE,

J’aime la beauté de l’enfant endormi
Penser qu’il est heureux, il sourit
Son parfum de lait caillé
Ses mimiques d’enfant comblé,

J’aime aussi le ciel bleu aquarelle
Le cri strident des hirondelles
La tiédeur languissante des soirs d’été
Les êtres purs épris de liberté,

Le parfum de l’herbe fraîchement coupée
Le silence d’un parc ombragé
Le bruissement des feuilles frôlées
Le vent tourbillonnant, léger,

La beauté torturée des ciels d’orage
La fureur des éclairs transperçant les nuages
Le fracas du tonnerre plein de rage
Les trombes de pluies mouillant l’herbage,

L’envol des oiseaux effarouchés
Le tumulte des éléments déchaînés
Le rayon de lumière transperçant la noirceur
Du soleil, retrouver la chaleur,

L’arc-en-ciel qui s’est formé
Dans l’apothéose d’une vie sublimée,



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes