Partagez

Comme le grand soleil jouant avec la terre
Envoyait rayons chauds et ombres légères
Celle-ci un beau jour, levant les yeux vers lui
S’éblouit de l’immense lumière et fut ravie.

Inconscient, croyant que la terre était figée,
Mystérieusement le soleil s’amusait,
Tantôt dardait éclats qui réchauffait,
Tantôt drapait nuits fraîches qui glaçaient.

Or vers le jour la terre se tournait….
Eprise de chaleur et d’éblouissement
La terre, souhaitant le firmament
Avait dans le ciel reconnu le soleil,
Dépliait sa corolle aux éclats nonpareils.

Mais une vaste distance les séparait.
Le soleil le savait et la terre espérait,
Dans son grand désir en pensée le joignait.
Chaque jour la brûlait, chaque nuit la glaçait.

Et la terre, enviant des journées éternelles,
Au grand astre exposait ses richesses secrètes
Et pour lui déployait des émotions si belles
Qu’il eût pu l’embraser et la rendre discrète.

Or dans l’univers sa place était fixée,
Il n’en pouvait bouger, seulement miroiter
Et la terre, naïve, pensait qu’il l’invitait
A se brûler à lui, à fusionner en lui.

Alors , d’un prodigieux effort la terre s’arracha
De sa place d’abord, vers le soleil migra.
Dans l’univers une intense émotion monta
Et dans le ciel, un hymne imposant s’éleva.

La terre vers le jour s’étira en soupir,
Baignée de sa lumière, éclairée de désir
Elle étincela, souhaitant qu’il l’embrasât
Et qu’à jamais le soleil la ressuscitât.

Comme la sensation était immense
La terre s’éclairait d’une joie intense.
En présage, les nuits se faisaient silence.
Le ciel rayonnait, l’or flamboyait.

Tout l’univers sacralisait l’union sublime
Que les astrologues espéraient magnanime
Et la terre, d’ineffable émotion palpitait,
Adorable, vers son radieux amant s’avançait.

Mais le grand astre inattentif se détourna
Et la terre aussitôt se figea.
Alors elle chuta, dans l’univers voilé
Se perdit, gémissant un appel désolé.

Et le firmament rayonnait,
Les astres s’angoissaient,
La lune était radieuse,
Les étoiles pâlissaient,
La voie lactée était lumineuse….

La fin du monde approchait….



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes