Partagez

Pourquoi parler pouvoir puisque pauvre poète
Puisant pour parvenir par pensées palpitantes
Afin d’annihiler l’armure analphabète
Aux autres attirés aux alcôves accueillantes,

J’irai puiser mon encre aux ciels des pluies d’automne
Pour y tremper ma plume afin de la noyer
Dans d’immenses chagrins provoqués par les hommes
Déversés sur ces pages où mon cœur vient pleurer.

Pourquoi parler pudique puisqu’un panégyrique
Peut parfois persister présomptueusement.
Mes mots malentendus mis maladroitement
Me mettent malheureux, miteux, mélancolique.

Je guiderai mon âme aux jardins que j’admire,
Là où la poésie m’aide à trouver la force
D’entrevoir les doux rêves enfouis sous mon écorce
Et de laisser mon pleur jouer sur notre lyre.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes