Partagez

Les mots encrés au flanc blanc du navire,
S’emmêlent à l’ancre noire du fond des flots ivres
L’oriflamme dorée des voiles vibrantes comme une lyre
S’enlace bruyamment dans les filets d’Éole en délire…

Que vive l’aventure du poète rêveur, hissant
Nos émotions au sommet du grand mât chancelant
Sous les coups de boutoirs d’un vent de noroît agaçant…
La structure grince et oscille au gré des vagues folles,
Balançant des crachats d’écumes molles
Sur le sol d’un pont brillant d’embruns ruisselants…

Tempête de plume, bouillonnante d’idées
Tu mélanges le vent et le temps aux pensées…
Ton esprit assommé de brûlantes synapses,
N’a plus qu’un chemin A parcourir…
Arriver à la fin de ce voyage si vain
De ce navire perdu en mer… apparu dans l’histoire…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 5 votes