Partagez

L’ivoire invente ta bonté,
Traversant les pores du vivant.
L’espoir servante à la gaité,
Comme un artifice émouvant.

Dans une caresse délicate,
Fécondes gerbes de noblesses ;
Ton doux verbe aristocrate,
Abonde l’air de tendresse.

Tes racines volent sous les vents,
Soufflant les braises de la foi.
Au crime des sorts, récidivant,
Brûlant les astres d‘autrefois…

Il n’est de croyance moins rare
Pour ennoblir le fond des cœurs,
Que ce don de soi ignare,
Dont l’expérience peint la laideur.

Au Panthéon de l’histoire,
Gisent tes exploits trépassés.
Tel un vase qui penche sans choir…
Au son sublime de sa beauté !

Car il est un Dieu animé,
Du plus magnanime des dons.
Aux rudes enfers de la raison,
Son nom amène est l’Amitié.

Stéphane Meuret
Copyright 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes