Partagez

Mon cœur palpitant pousse cette plume malhabile
En cet espace blanc maculé, peu à peu, de termes trop faciles,
De mots fragiles et dérisoires dictés par la passion,
Puis effacés ensuite au nom de la raison.

Voici ce qu’il advient dans ce volume humain
Que l’on nomme tête, crâne ou espace divin
Voici ce qu’il advient quand, surgissant du néant
Germinent des pensées devenant sentiments !

Imagine mes rêves, plonge dans les fibres
De cette page diaphane,
Regarde comme ils vibrent
Tous ces mots biffés… écrits en filigranes !

Je les souffle dans le vent, ils caressent ta peau,
Iront-ils à leur but, choiront-t-il dans l’eau ?
Une fois encore me voici délivré
De trop lourdes pensées.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes