Partagez

Fille de couleur ambre à l’odeur vanillée
J’ai dansé et joué, et bu jusqu’à la lie.
Anba latè pa ni plézi (**)

J’ai fait tant de serments, aussitôt reniées,
De t’aimer peu, beaucoup, et même à la folie.
Anba latè pa ni plézi

Marguerite, lorsque je t’ai tout effeuillée
Ma folle appétence s’est alors ramollie.
Anba latè pa ni plézi

Ne gît plus que l’ombre d’une ardeur écaillée
Et puis sans doute aussi de la mélancolie.
Anba latè pa ni plézi

Je me souviens encor de tes baisers mouillés
De tes yeux bleus rieurs, tu étais si jolie…
Anba latè pa ni plézi

Baie-Mahault /Thermidor/CLXXVII (08/1969)
________________________________
(*) Créole métisse
(**) « Sous terre, pas de plaisir » (créole antillais)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes