Partagez

Pierres orientales aux âmes généreuses,
Mers étincelantes, contrées montagneuses.
Père, laissez-moi achever cette route sinueuse,
Sur les côtes arrondies de ces terres argileuses.

Le sable fin chasse les rayons du soleil,
Annihilant mes efforts de percer ces merveilles.
La chaleur n’en finit de couler sur ma peau
M’invitant à glisser dans les creux de ces eaux…

Les sirènes me sourient sur les fonds argentés,
Suivant la houle des vagues envoutantes…
Les roches les retiennent, leurs âmes seraient hantées ?
Courants et vents m’extirpent à leurs lueurs éclatantes.

L’homme explore son destin, tendre créature…
Anatolie, à nos magiques aventures !

Stephane MEURET
Copyright 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.95 sur 21 votes