Partagez

L’eau est rousse quand tes larmes y flaquent.
Le meilleur c’est le début, c’est l’attaque.
Qu’aimer encore jusqu’au sang ? Tes dents,
Petites comme le riz sur les lèvres,
Tes deux minuscules enfants? Tes yeux
De soleil bleu, leur farine blutée,
A peine ? La joie d’être sans fin fatiguée ?

Jean Jaques est de tous le moins sexy.
Tu gardes précieusement nos récits,
Petites choses noires et bleues, chemises,
Dossiers de souvenirs, parties remises,
Airs mêlés d’océan qu’encore glottinent
Nos grands yeux, nos mains, toute cette urine.
Soyons le corps, et l’âme, et enfantines.

Nous nous disons nos vies en regardant
Le port. Les chiens déguisent leur mordant
Et le fard le soir bleuit la mer jaune.
On peut ou non ouvrir la fenêtre, aune
Des farines, du bruit, oiseaux fous.
La vue de ces bolides est la roue
Rousse un peu d’un sexe bleu qui s’ébroue.

Les tentatives aussi de traduire
L’iroquois et son périlleux délire:
Tu me donnes quelque chose que nul
Autre n’a et ne peut me donner. Bulles
Qui montez et claquez dans le vent d’est.
Je veux tes mains et qu’importe le reste.

J’irai, une heure ce matin, j’irai
Dans l’eau. Les otaries et puis les raies
Crieront sans fin, comme moi, d’être prises,
Dans l’eau, les bassins, les yeux, et l’emprise.
C’est du vent multiplié par le coeur.
On a le temps, si le soleil s’écoeure.

Comme il fait beau mon amour, mille codes
Pullulent. Sur la Liane émeraude
L’eau se caresse. Non loin c’est la Manche qui
Jouit. Il m’a semblé que ce bar fut exquis.
Maitre François, Pierre Michon, leur meule,
Ignorent tout du fard et pleurent, veules.

Au mieux nous flotteront, riants et vagues.

_______________________________________________________________________________________



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes