Partagez

La beauté s’est perdue dans les limbes des saisons ;
Virant toujours de forme pour périr sans aucune.
L’artifice insolent incline à la raison
L’opium opulent, la pensée opportune.

Chaque jour se levant voit le glaive enfanter,
Du capricieux poison, la sève éphémère.
Autour du saint pécule, la versatilité
Caresse la justice du doux chant des chimères.

Imposteur triomphant, obscur profanateur ;
Dévouant l’esprit des hommes aux piètres tentations.
Le destin s’affranchit de ton rêve expiateur ;
Mais succombe au chevet de tes incantations !

Gloire au cœur radieux, ruisselant la pureté ;
Au miséricordieux, à l’honnête liberté !

Stéphane MEURET
Copyright 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 22 votes