Partagez

les mouettes criardes
se disputent
une croute de pain

j’ai tendu mes collets
viens-t-y prendre
les pieds à mon jeu

l’or coule à flots
viens viens naviguer
dans ma bouteille

mets tout le sel
de la terre dans ta bière
bois l’océan

jusqu’à marée basse
last call bois bois
vide ton verre vide

supplie la vague
glou, glo, gl, g
un homme à la mer!

émerge et marche
sur les mirages éthyliques
de mon désert

la tête te pèse
tes pieds te trahissent
sur ton chemin tortueux

soulage ta vessie
gonflée de mépris lamente-toi
sur les murs tentaculaires

crache ton venin
jure contre tous les dieux
vomis sur l’Amour

suis de tous tes yeux
les hanches ondulantes
des gaillardes blondes

méchées de pourpre
sur leur lit de pierre et
plonge ta langue

dans la gorge
profonde de leurs lèvres
mouillées

écoute le chant
langoureux des seringues
qui t’appellent

laisse le blues
enlacer ton corps
jette l’ancre

de ton cœur lourd
touche le fond
abreuve-toi de noir

je lècherai tes plaies
cramoisies d’avant-hier
je t’épouserai

toutes les nuits veux-le
j’épuiserai tes jours
et ferai que ta vie

ne tienne plus
qu’à une chaîne
fais un dernier vœu

souffle sur la flamme
éternelle de l’enfer
je marquerai ton cœur

au fer rouge
et le transpercerai
de flèches empoisonnées

Robert Marois
image: flickr.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.25 sur 8 votes