Partagez

poésie mise en musique que je peux vous faire entendre sur demande

C’est au Café du P’tit Boulevard,
Qu’on pouvait les apercevoir,
C’était toujours à la même heure,
A peu près, vers onze heures.

Souvent ils se tenaient la main,
Et c’est toujours,
Yeux dans les yeux,
Qu’ils papotaient, tous deux.

Elle portait un joli chapeau,
Surmonté de petits oiseaux,
Lui portait un costume gris,
Il avait l’air, tellement gentil.

On les appelait « les Amoureux »,
Pourtant on ne savait rien d’eux,
Juste, qu’ils venaient à la même heure,
A peu près, vers onze heures.

Les rumeurs allèrent bon train,
Pourquoi se tenaient-ils la main ?
Etaient-ils amant et amante,
Ou était-ce histoire courante ?

C’est au Café du P’tit Boulevard,
Cachés derrière des lunettes noires,
Qu’on pouvait les apercevoir,
Juste près du comptoir.

Pourtant en fin de mâtinée,
Par une belle journée d’Eté,
Personne ne vint près du comptoir,
Du Café du P’tit Boulevard.

Les rumeurs allèrent bon train,
Avaient-ils perdu leur chemin ?
Toujours est-il que depuis lors,
Ces deux là manquent, encore.

C’était au Café du P’tit Boulevard,
Qu’on pouvait les apercevoir,
Ils venaient toujours à la même heure,
A peu près, vers onze heures…

tous droits réservés©Marie-Hélène Coppa



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.96 sur 25 votes