Partagez

Mes yeux levés au ciel, m’émerveille l’infini,
Etendue mystérieuse d’un cosmos secret,
Immuable relique au mouvement discret,
Ignorant dignement mon destin démuni.

Le charme chasse la peur dans un sentiment sourd,
Un vertige créateur dérobant l’illusion.
Que le cœur perd pieds dans cette noble intrusion,
Quand une intime pudeur l’illumine d’amour !

Dans le bleu immense d’un dôme vide, majestueux,
Mes pensées vagabondes rejoignent la raison.
Descendant la conscience sans fastueuse oraison,
Je ranime mon pas, fragile et langoureux.

Stéphane Meuret,
19 Janvier 2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 18 votes