Partagez

Ils sont longs les chemins qui mèneront a Rome
ténébreux bien souvent, inaccessibles à l’homme
crevassés de rochers ,pavés de mauvaises herbes
quand la route se dégage, les pentes se font acerbes

ils sont loin les pays où l’on ne voyagera pas
planté dans son décor, résigné au trépas
immobile comme une ombre attendant un soleil
poussiere d’une étoile atteinte du grand sommeil

ils sont lourds a porter les fardeaux de l’amour
pour une nuit d’ivresse combien de petits jours
ou l’on regarde l’autre en ne comprenant pas
pourquoi on s’aime un temps et puis un autre pas

ils sont chers a payer les sanglots du chagrin
quand la personne aimé vous glisse entre les mains
d’erreurs en aigreurs tout s’eloigne d’un coup
et l’or que l’on etait ne vaut plus le moindre sou

ils sont durs a subir les coups de l’existence
qui nous promet merveille puis fait de la resistance
on veut tout les volumes on a que le premier tome
de l’histoire des chemins qui méneront à Rome.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes