Ligue des Poètes

Auteur

Abdesselam Salemi

L ‘Afrique pleure

Quand je vois l’Afrique, plein dans les yeux,
Sa tristesse me rend très malheureux,
Son histoire se laisse deviner,
A travers ses peuples expatriés.

Revoir Paris !

Ce fut un des voyages les plus parfaits,
Les formalités, vite préparées,
Le beau costume déjà acheté,
Il ne restait que valise à boucler.

Théâtre des ombres (77)

Oh ! Le charmant théâtre des ombres ! Tantôt, source de lumière, jeu de mains Devenus à l’écran, bêtes sombres, Contant des fables, mieux que les humains Tantôt figurines en carton peint, Manipulées, entre lampe et écran, Par des tiges… Lire la suite →

Le Chapeau ( 25 )

Porter avec goût le chapeau, C’est du civisme et c’est très beau. En dire juste quelques mots, Laisser les insultes aux idiots. Le port du chapeau est un art. Pour le porter, il faut savoir, Le rehausser, d’un beau regard… Lire la suite →

Fierté écorchée ( 03 )

Toujours sous le charme de sa grâce, Le cœur désarmé, inefficace, Évite craintivement la disgrâce, Craint d’affronter son amour de face. Incompris, je le fus pendant longtemps Désarmé par son attrait factice, Souffrant le supplice amèrement, Buvant mon chagrin dans… Lire la suite →

Le travail; un honneur ( 55 )

Le travail est un honneur avant d’être un droit Ceux qui le possèdent doivent en prendre soin. Aller travailler, résolu, de bonne foi, Se lever de très bonne heure, pour cette fin Consacrer la journée seulement au travail, Avec respect… Lire la suite →

Silence ami, silence ennemi ( 13 )

Le silence d’un ami, peut être d’un grand bien, Apporter réconfort, donner la confiance, Ressouder ponts et amitié, sans presque rien, Pour retrouver, une parole plus dense. Il n’y a que l’ami sûr qui peut nous comprendre, Dans les moments… Lire la suite →

Tendresse des mots ( 14 )

Il y a les mots qui expriment la tendresse, Beaucoup de douceur, surtout de la finesse. Il y a les mots des gens, pleins de gentillesse, Que la haine et la méchanceté agressent. Il y a les bons mots, pour… Lire la suite →

Feu sacré ( 10 )

Méchante larme, attristant bêtement ses yeux, N’ajoute pas trop d’huile sur ce sacré feu ! Ce cœur qui a tant souffert, encore si peureux, Ne désire plus que vivre, au grand jour, heureux. J’ai vu ta chaude larme, doucement couler,… Lire la suite →

Cœur blanc ( 04 )

Je n’ai pas douté un instant, de ton cœur blanc, Qui bas, pour moi sûrement, à certains instants, Ni de ton bel esprit et caractère franc. Je ne suis même pas obstiné d’avoir raison. Le blanc est la neige de… Lire la suite →

Nuit blanche ( 56 )

A l’instar du jour, la nuit peut être blanche, Ses étoiles pourchassent le pauvre sommeil. Veiller la nuit est une révolte franche, De ceux, à la découverte des merveilles. La blancheur du jour est connue par son soleil, Celle de… Lire la suite →

En toute clémence ( 01 )

Ma fleur, manquant d’eau, d’air, s’est fanée trop vite, Souffrant peut être de nostalgie intense. Le Dieu, lui a accordé le grand mérite, De donner de l’espoir, pardon et clémence. L’Automne est bien là ! Où est ma marguerite ?… Lire la suite →

Prétexte suffisant ( 23 )

Ayant demandé après ton nom, à ma sœur, Ce fut un prétexte suffisant pour le papa, Ainsi que la maman et toute la smala, De fixer nos fiançailles sans crainte d’erreur. Tu as pénétré ma vie par un bref regard… Lire la suite →

Au revoir ! ( 09 )

Mille regrets de t’avoir quittée sans au revoir, Sans avoir pu soulager ton désespoir, Ni avoir su t’insuffler un nouvel espoir, Moi, qui croyais très dur, en avoir ce pouvoir. Tu avais un gros et lourd besoin d’écoute. Je me… Lire la suite →

Le regard, un autre langage ( 15 )

Ton regard véhicule plus d’un langage, Encore faut-il bien, en maîtriser l’usage, Pour déchiffrer, les grands signes et les images, Lire les codes, sans se tromper de page. Le regard est un autre langage, c’est sûr. Pour ceux qui ne… Lire la suite →

Bris de cœur ( 18 )

Qui de la glace ou d’un cœur est plus fragile ? Briser une glace n’est pas trop difficile ! Blesser ou faire du mal est très malhabile ! Soigner, pardonner est beaucoup plus utile ! Cette masse d’eau : la… Lire la suite →

Tel l’enfant heureux ( 54 )

Je sais que tu attends de moi bien de l’action, Mais ma vocation réelle, mon attention, Sont de laisser voyager l’imagination, L’enfant ne ferait pas mieux dans ses inventions. Inspiré en cet instant, j’écris… donc je suis ! A ces… Lire la suite →

Le Bisou Orphelin ( 53 )

Un petit bout de bisou est la solution. Donné très tendrement, par maman, au bébé, Au plus fort moment de sa crise est un calmant, Lui faisant oublier toute soif et tétée. Le nouvel élu peut l’offrir à la mariée,… Lire la suite →

Les Ondes Positives ( 17 )

Les ondes positives sont les bienvenues, Dans le monde actuel, plein de déconvenues, Où les pauvres subissent les plus durs abus, Surtout quand elles sont, de grands espoirs, revêtues. Partout où passent ces ondes l’espoir revient, De la radio, diffusant… Lire la suite →

Le grand mal ( 16 )

La violence, de nos jours est banalisée Certains milieux, ne sont plus bien sécurisés, Les gens d’un certain âge se voient dépassés Par tant d’infractions commises et tabous brisés. Le mal trouve son origine un peu partout. La misère morale… Lire la suite →

La Coupole ( 28 )

La coupole, visible, dès les alentours, Maîtresse, dans le collège de la région, Face à l’entrée, campait, notre salle de cours, Auréolée, d’une très juste réputation. La salle était grande, aérée, bien agencée, Munie déjà, d’un mini laboratoire, Le plus… Lire la suite →

Le voleur d’œuf ( 52 )

Le vol d’œuf ou de bœuf est puni par la loi, Reste sa stricte application, de bonne foi. L’œuf est si petit et n’a pas grande valeur, Toutefois son voleur n’est pas moins un fauteur. L’œuf est devenu maintenant, le… Lire la suite →

Lève-toi Femme ! ( 20 )

Des hautes fonctions, tu en as compétence : Responsable politique ou des finances, Pilote, officier, maître de conférences. Missions accomplies, avec intelligence. Tu es la maman qui m’a donné naissance ! Tu as tant souffert avant la délivrance, Pour m’accueillir… Lire la suite →

Magie de la poésie ( 21 )

L’idée du poème, pas encore définie, Qu’une vision, sur des sentiments ressentis, Se présente, avec des messages très précis, Inspirant le poète, arrêtant l’aphasie. Inspiré, Celui-ci est tenu par défi, D’imaginer l’oraison de pure harmonie, Libérer sa verve et réserve… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils