Ligue des Poètes

Auteur

Amazigh Dré

Muse, à mon secours

Au bout de l’effondrement
Quel dur momoent !
Ni larmes, ni muse
Je l’appelle, elle refuse

Être de lumière

L’aube se lève à l’horizon
La nuit va bientôt partir
La lumière aura bien raison
Des ténèbres obscures

Ô cœur solitaire

« Que cherches-tu ô cœur solitaire
Dans ces parages remplis de vies
Est-ce un regard d’une âme étrangère
Ou juste satisfaire une folle envie… »

L’enfant bizarre

J’enterre ce sentiment dans l’oubli
Au bas-fond de mon âme affaiblie
Et je remplie cet immense vide de satisfaction
Je m’apprête à une courageuse décision

Impromptu

Tout a une fin
La vie d’ailleurs
Mal ou bien
Viendra son heure

Cherche-moi

Ainsi l’amour s’il n’est pas estimé
Il se dégrade et devient abîmé
Combien même il serait sincère
Aimer sans être aimé est un enfer

La chute

Tombé du nid un jour de tempête
Dans sa chute il cumule les coups
Les yeux à demi ouverts voient flou
Sa tête minuscule pas tout à fait recouverte

Seul

Seul…Les jours se ressemblent
Hier est le jumeau d’aujourd’hui
Le même jour se répète il me semble
Le seul moment qui m’apaise est la nuit

Orphelin

Orphelin , pas malin
Mi ange , mi humain
Ni coupable, ni responsable
De son état misérable

Je nous vois

Je nous vois dans les montagnes de Kabylie
De village en village, dans ses forêts
Je nous vois au Djurdjura si joli
À Azzefoun, sur ses plages à errer

Que Dieu te pardonne !

Je préfère enterrer mon chagrin
Laisser tomber cette histoire
Je préfère ne pas y croire
Et signer avec ce poème la fin

Toi

Toi; ce cœur qui bat en moi
Ces yeux que ,sans cesse, je vois
Ce sourire qui a séduit ma peine
Toi; dont la peine est mienne

La Nuit d’Avril

Muse, à nos amours
Voilà que s’installe la nuit
Désormais, le passé s’est enfui
Il ne reste plus que nous deux
Approche-toi, je vais allumer un feu
À moi ! Fidèle de

Maïlo

Maïlo, ce printemps est court.
N’empêche aux alentours
Ton souvenir persiste encore
Alors que je le croyais mort

Assassin

Ce soir j’assassinerai l’amour Mon cœur sera victime Ce poème est l’ultime recours Que j’exprime. Ce soir, ma Muse va succomber Elle va rendre l’âme Pauvre dame Cet amour l’a flambée Elle a vécu toute sa jeunesse Loin de celle… Lire la suite →

Cher ami

Cher habitant la capitale Que fais-tu en ce moment ? La nuit a déployé ses pétales Et la vie se calme lentement Ma muse -elle- est agitée Quelque chose l’a excitée Un souvenir ou peut-être Le manque terrible d’un être… Lire la suite →

Un vendredi avant la prière

Un vendredi avant la prière Assis à la cafétéria de la ville Dans mon coin comme un asile Je remémore la vie d’hier Le passé s’acharne sur moi Tel un tsunami il m’emporte En exil avec mes émois Je m’enferme… Lire la suite →

Désillusion

Je me demande des fois Si je compte pour toi Si tu penses à moi Comme je pense à toi Je me demande par moments Si vraiment mon nom Traverse ta mémoire Même accidentellement le soir Je me demande à… Lire la suite →

Le défi !

Les rêves d’autrefois m’appellent J’entends leurs tambours qui retentissent Qui m’excitent et ravivent mon zèle Il est temps d’abandonner les vices Qu’ils soient les miens ou un maléfice La solitude ? De quoi je me mêle ! A moi le… Lire la suite →

Perdre la raison

Perdre la raison un soir de décembre Marcher seul dans la ville enchantée Déplorer son destin triste et sombre Noirci parfaitement sur tous ses côtés Perdre l’espoir et vivre la mélancolie Vivre la solitude et être son préféré Mourir chaque… Lire la suite →

Muse

Muse, caresse mon cœur Pose tes douces lèvres sur les miennes Célébrons avec joie et bonheur La gloire de notre amitié ancienne. Quand j’étais en détresse Tu m’as sauvé oh déesse Depuis, je t’ai fait ma maîtresse Oh élixir de… Lire la suite →

Frère

Frère, as-tu vraiment un bon cœur ? Moi, qui t’a aimé d’un bon cœur Qui a pleuré au pied de ta porte Ma vie et ma joie morte Frère, est-tu vraiment celui en qui j’ai cru? Que quand aux moments… Lire la suite →

Vie abominable !

Bohémien et solitaire Je suis seul c’est clair Mon destin à moi Dure comme du bois Sombre comme une nuit Quand tombe la pluie La solitude m’assassine Me transforme en ruines Un sentiment horrible Un manque terrible Ma faute ou… Lire la suite →

Je suis malheureux

J’ai mal au cœur Je suis malheureux J’ai bien peur Que dure le feu Je me sens mesquine Je me sens triste J’ai souvent la mine D’un pauvre artiste Je suis terriblement seul Sans que je le veule Une divine… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils