Ligue des Poètes

Auteur

Béatrice Montagnac

Quarante ans déjà (sonnet Curtal) forme Marotique

Oh quarante ans déjà, nous quittait le grand Brel,

Une voix s’est éteinte, elle est inoubliable ;

La vie il la chantait, d’un air franc naturel.

Hommage (sonnet Layé)

Sans un salut il est parti s’est tu son cœur

En laissant un grand vide

Dans l’âme de ses fans, de gros flots de douleur

En ce matin li

Un jour un destin ( Glose)

Entre deux temps l’amour frimousse,

Celui des nos jours libertins

Aux instants, soustraits opportuns ;

On dit qu’un souvenir s’émousse.

Un long chemin vaseux (sonnet caudé)

Pas à pas le néant sur des chemins vaseux,

La mémoire qui flanche, alors plus rien n’existe ;

Les récits effacés dans un brouillard gazeux,

Avec rage toujours l’a

Les murmures des sens ( Le zegel)

Comme le vent du sud sur tes cheveux mon souffle ;

Tendresse de mots doux qui jamais ne s’essouffle,

Mon poème d’amour, la grâce d’un écoufle,

Murmures de

Oh femme (le Ghazel)

Oh femme courtisant un jeune homme immature,

Sous son charme envoûtant, il perd donc la raison,

l’ardeur de cet amour, un cœur en floraison

Lui déclarant sa flamm

Gaulois réfractaires (Senryü)

Gaulois réfractaires (Senryü)

À Aurore ( Glose)

Respirez l’air pur dans les bois,

Rêvez à un jardin magique

Où la faune n’est pas tragique ;

La nature est tout ce qu’on voit.

Poème forme Haïkaïs sensuels

Regard langoureux

chassés croisés d’amoureux

ardeurs érotiques

Oh punaise (sonnet marotique)

La canicule, un phénomène, oh dangereux,

Une touffeur pesante, elle met mal à l’aise.

Le macadam brûlant en terre bordelaise,

Sur la banquise même un

Ô muse (forme le maillet)

Ô muse inspirant douleur en mon âme !

Gribouillant ma page en un sombre écrit

Révélant ce monde en douloureux cri,

Elle ne peut se taire et donc proclame.

Pourquoi (sonnet lorézien)

Dans son égarement s’enfuit sa quiétude ;

Mutant sombre douleur ;

L’homme en cherchant toujours plus loin le grand bonheur,

Pourquoi (sonnet sur deux rimes)

Dans son égarement s’enfuit sa quiétude ;

En un cumulus gris, une sombre douleur ;

L’homme en cherchant….

Complicité de meurtre(Stance)

Nous tirons alors les alarmes ;

Vous les assassins bien servants,

Faites endurer tant de drames.

Quels autres malheurs éprouvants,

Endureront donc nos enfants

Abstrait

Mélange en couleur ce doux méli-mélo,

Du vert au violet, du marron au rose.

Alors que voyez-vous, un peintre morose ?

étrange voyage

Un vieil homme, est assis sur un banc, les passants le regardent bizarrement. Il porte aux pieds des baskets bleues avec deux yeux une bouche ; des baskets avec un

les roses du mal, fleurs de mes souffrances (forme le doucet)

Visage d’enfant inondé de larmes

La jeunesse alors prise de tourments.

L’écho

L’écho de ta voix résonne au fond de mon âme,

Mon corps frisonne, tremblant dans un flot de larmes.

Tes mots doux que l’écho me renvoie en vacarme !

Effeuillage d’amour (le Chôka)

Le printemps M’habille d’ une rose de dentelle

Printemps (sonnet à rebours)

Le printemps apparaît, dès que se meurt l’hiver
S’envolent les oiseaux que nous conte prévert

Le roi Pinocchio

      Le roi Pinocchio (le Senryü)                                                         Le roi Pinocchio  … Lire la suite →

Chemin du bonheur (Mouwachach)

             Chemin du bonheur (mouwachach) Je flâne sur ton corps en phare toute flammeEnvoûtement d’un rituel à chaque nuitMe mouvoir en tes bras mon amant que j’acclameNotre amour enchanteur ne connaît pas l’ennui. Le chemin… Lire la suite →

Océan (Le Mouwachach)

La triste plainte des mouettes

Vole au-dessus de l’océan,

Lui qui rejette les crevettes,

Sur le littoral malséant.

L’Amoco Cadix (slam)

Quarante ans déjà.

Ils s’en souviennent encore.

Dans leur âme et leur corps.

De cette année-là.

l’Amoco Cadiz avait échoué.

Répandant dans la mer, l’or noir.

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils