Ligue des Poètes

Auteur

Maissa Boutiche

Vivre et mourir

Entre une larme et un sourire
Et mes bras chauds où tu désires
vivre et mourir

L’ amour en croisière

Tu te caches derrière une discrétion maladive
Et tu accostes sans crier gare sur mes rives
Charmée, par ton regard beau et candide

Libre sur les ailes de l’amour

Libre à moi d’écrire sur les murs

Sur mes traits, sur ma peau

Sur les pierres peintes à la chaux

Mes proses vierges

Que dire devant la joie, quand elle te courtise

Et l’amour qui t’ouvre ses bras

De rive en rive

L’amour est symphonie

Donne-moi juste un peu de temps

De rassembler mes sentiments éparpillés

Dans le temps et les saison

Mélancolie

Il y a des jours qui s’allongent éternellement
Et des nuits qui sont des agonies,
Qui de leurs larmes te consument comme une chandelle
Quotidiennement.

Blessures et plaies non cicatrisées

Blessures et plaies non cicatrisées

Pansez mon petit cœur en verre

Gommez tout ce qui lui fait mal

Et faites sortir de mon cœur

Ceux qui ont un cœur de pierre

Je recherche la douceur de ses bras

Ils ont changé ma vie et pensent que j’en mourrai
Ont brisé mes ailes pour ne plus pouvoir voler
Mais mes odes sont mes avions en papiers
Disponibles à m’embarquer

Amour, amour chante moi Maman

Elle est le fil d’or de l’aurore
Et la clarté de la lune la nuit
Elle est les bras chauds en hiver

L’amour est un hors la loi !

Ma force est d’être humble

Mon alliée est Dame Sagesse

Le cri du cœur

Viens dans mes bras, encore une fois
Sur ta poitrine mes champs de blés
Et sur tes lèvres le parfum d’augure

Seule la vie nous gouverne

Il arrive qu’on oublie, qu’on s’oublie

Qu’à des lois on se plie

Qu’en nous même on se replie

L’amour n’est pas une guerre

L’amour n’est pas une guerre

Tu sais :
– Je suis passée te voir
Tu m’as tellement manqué
J’ai tout fait
Pour ne pas venir
Mais mes pas, m’ont devancé

Cruelle est l’absence!

Tu es loin ? J’ai pu résister au temps Mais à l’oubli, non et mille fois non Je te porte dans mon cœur, Quand j’y pense S’invite la douleur Tombe la nuit Robe de deuil Dans sa traîne Une douceur,… Lire la suite →

La Bella

Elle est belle élégante ma princesse Si heureuse de sa jeunesse L’innocence et la diablesse Elle sourit et j’en suis heureuse La Bella Tout en elle reflète la beauté, que c’est beau Rien qu’à la voir si gracieuse, je prends… Lire la suite →

Le silence qui déchire

Tous les silences ne font pas le même bruit Lacérant est ce silence, qui déchire Mon déshabillé quand s’invite la nuit Mes rêves s’allongent tout près de moi Tissent tristes, mes plaies et apaisent mes chagrins … Parfois, il est… Lire la suite →

Sois l’amour qui n’a pas d’âge

Heureuse, de revoir ton ombre En mon rêve t’embrasser Je veux que tu sois Roi Et le guide de mes rênes Dans la folie de mes rêves et leur folle chevauchée J’aime, que tu sois pluie de moisson, qui irrigue… Lire la suite →

Amour, amour je te chante!

L’amour est Roi Je suis confiante, quand tu me souris Mon cœur chante, il est aux anges Je me sens Reine dans tes bras Chante ma vie, tes belles louanges Je suis heureuse au son de ta voix Douce mélodie… Lire la suite →

Entre deux larmes

Elle se confesse à ses bleus Et dit entre deux larmes: – Ton silence n’est rien Devant ma nostalgie, montagne rocheuse Qui taille en mon corps, me brûle de son feu, Me consomme de ses braises… Ton amour est nain,… Lire la suite →

Ne pars pas?

Ne pars pas comme les autres? Sois, ce soleil qui réchauffe mes matins Ne régénère pas mes bleus Je me noie dans mes larmes T’es les prés et la plaine qui s’étalent Avec leurs fleurs aux pétales Qui ne se… Lire la suite →

Heureux est celui qui aime avec Art

Elle lui dit entre deux larmes pétillantes : – Est-ce parce que je suis femme Tu minimises mon statut ? Où me renies-tu à cause de mes rides Et mes cheveux blancs ? Sache que je suis originale et authentique… Lire la suite →

Ma bohème

Frémissante comme une fleur sur sa tige Au Mont de sa colline, oubliée Ses pétales fragiles dans l’étreinte du vent Ses pensées sommeillent dans les herbes Ne demande que peu d’amour, au temps… Trébuchante, son pas se heurte et elle… Lire la suite →

Mon coeur en verre

Elle lui dit entre deux larmes : – « Je n’ai pas de doute de ton amour, qui redoute Qu’un jour, je prendrai nus pieds, seule la route Ma valise seule, m’accompagnera Et quand l’absence m’étripera Je laisserais mon âme… Lire la suite →

Tout l’amour du monde insuffisant pour toi

Qu’ en est-il devenu de ces saisons de cerises De fleurs et moissons? Sommes- nous redevables A leurs grâces A Leurs tendresses Qui chantaient en harmonie en nos cœurs Non, mon Sultan? Ton amour est toujours là Ton regard écrit… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils