Ligue des Poètes

Auteur

Cheikh Said Mecherri

Hommage: Le grand-père disparu

Il m’arrivait, souvent, parcourant mes souvenirs, De retrouver des gens, les revoyant sourire, De les revoir marchant, certains même courir, Et j’irai les rejoindre dans un temps à venir. Il est un pas pesant que je n’oublierai pas, L’entendant si… Lire la suite →

Mon fils, toi qui es parti trop tôt.

Quand tu vins, mon fils, en ce jour d’hiver, Nous te vîmes, mon fils, auréolé de fleurs, Car tu as su, mon fils, apporter le bonheur, Tu es parti, mon fils, passager sur la terre. Tu devais nous rester, tout… Lire la suite →

Oh ! Mon Dieu !

Oh ! Mon Dieu ! Quand je pense à tout ce temps passé ! Oh ! Mon Dieu ! Quand je pense à ce reste à vivre ! J’en oublie de vivre, de jouir de mon passé Et dans ce… Lire la suite →

La lassitude morale

Je suis las de voir des choses qui me révoltent Je suis las de voir agir ces gens désinvoltes Et j’attends que chacun, de sa semence, récolte Les fruits qui en naissent, pour tous ces gens incultes, Qui vivent de… Lire la suite →

La bure du bureau

On disait que la bure Ne serait qu’un tissu Dont une part est issue Certaines gens murmurent Que ce petit morceau Issu de la bure Ne serait qu’un bureau. Quand le roi signait, On prenait un poinçon Dont le tissu… Lire la suite →

Les qualités humaines

Si le diable n’avait point tenté la première dame Si celle-ci n’avait point tenté son compagnon, L’arbre de vérité aurait gardé sa pomme Et le genre humain ne vivrait point d’illusions. L’arbre de vérité et de la connaissance Duquel le… Lire la suite →

L’équilibre parfait

Si la locomotion sert à se déplacer L’homme par ses créations tend à se surpasser Les moyens existants sont sans doute classés Mais, pour l’innovation, il faudra repasser, Parfois, le hasard provoque la débrouille, Le malin cogite et, dans ses… Lire la suite →

La langue multiforme

La langue, cet organe, au milieu de la bouche, Se pointe hors des lèvres goûtant ce qu’elle touche, Déclarant la saveur, le goût à ce toucher, Décidant pour la gorge qui peut s’enclencher. C’est bon ou c’est amer, c’est la… Lire la suite →

Penser les pensées du penseur

« Penser » est-il pour être positif Ecouter et entendre et demeurer actif Nul être vivant ne demeure passif Sitôt qu’il cogite et s’affirme sélectif Enfermant ses neurones dans un cadre réceptif Regorgeant de méandres pour devenir négatif. « Pensée… Lire la suite →

L’amitié vraie et la vraie amitié

L’amitié vraie n’use d’aucune encre pour s’écrire. L’amitié vraie n’use d’aucun stylo pour s’inscrire. Elle s’inscrit dans les cœurs d’une encre indélébile Ses racines poussant dans une terre très fertile. L’amitié vraie s’inscrit et toujours sans se dire. Seule l’amitié… Lire la suite →

L’alter et l’égo

J’ai dit à mon alter Le comparant à l’égo Ne sois jamais trop fier Car nous sommes tous égaux. J’ai écouté ma mère Parlant de mon égo Disant que l’un est fier Et que l’autre est bien sot. Et je… Lire la suite →

Etre une mère.

On cite bien des cas où la mère, en mourant, Donnait souvent naissance à un pauvre enfant, Au début de sa vie, de sa mère orphelin, Vagissant et criant, demeurant sans soutien. On dit aussi qu’une certaine Louve Romaine A… Lire la suite →

Les mots pour les maux

La tête ayant quitté sa place sur les épaules Rien de ce qu’on écrit ne pourra être drôle On se trompe souvent, croyez-moi sur parole Il y un quart de siècle qu’on a quitté l’école. Et l’on peut dire aussi… Lire la suite →

Le feu et l’incendie

Avec une allumette et par son étincelle Les flammes s’élèvent bien haut dans le ciel, Découvrant des cendres et parfois des braises, La trace est noircie sur la terre glaise. Préparant la table, on ajoute des chaises Les gens susceptibles… Lire la suite →

Les doigts de la main

Si pour le militaire, la main semble utile, Servant pour le salut, symbole du devoir, Il semble, paraît-il, que ce grand tentacule Se serait avili, au service du Pouvoir. De tout temps, le bras a servi de soutien. Puissant ou… Lire la suite →

La nature immatérielle

L’union de deux êtres Où l’on vit le meilleur Se soldera peut-être Par une paix intérieure. La nature matérielle Appelle à l’amour Qui semble bien réel La paix est de retour. Deux êtres de chair Pour la vie s’unissent Puis… Lire la suite →

Choses perdues sans retour

Le caillou qu’on lance même en ratant sa cible, Ne peut revenir à la base de départ. Ce caillou et ce geste deviennent extensibles. Si la pierre est lancée, elle est susceptible De ternir l’image de l’amical regard, Rendant, par… Lire la suite →

LE TEMPS DE VIVRE EN « MAIRE »

Si chacun se dit qu’il peut prendre son temps, Le prendre, en effet, peut prendre longtemps, Car, à considérer les bienfaits du moment, Mieux vaut vivre son temps même si peu clément Que de se dire ensuite qu’on a perdu… Lire la suite →

Ma Sagesse est une Folie

Certaines expressions émanent de la conscience Hélas, cependant, leur source est la souffrance Celle qui, souvent, se suffit amplement A elle-même, se régénérant doucement Jusqu’à créer un vide indélébile Emplissant le cerveau tout en le vidant De toute sa conscience… Lire la suite →

Croisée des chemins

Il est dit, quelque part, que toute route mène à Rome, Cependant, à le voir, par décision de l’homme, Certains chemins deviennent une impasse Les panneaux ne sont que des signes qui tracassent. Quand sur un sens unique, on trouve… Lire la suite →

Un rêve utopique

J’ai rêvé, en dépit de mon vouloir, Ignorant les capacités de mon savoir, D’un monde Qui ne serait plus immonde. Mon rêve si parfait n’a duré que son temps. J’ai rêvé de montagnes et de neiges éternelles. Mais la réalité,… Lire la suite →

Pourquoi suis-je virtuel ?

Ah ! Ce monde virtuel qui nous cache certaines choses ! Ah ! Ce monde réel dont nous sommes dépendants ! Qui sommes-nous, au juste en ce monde incertain ? Sommes-nous si volatiles pour voir la vie en rose ?… Lire la suite →

J’ai envie de mourir

En ce monde, il fait noir, Et c’est ainsi, chaque soir, Comme tous les jours, d’ailleurs. Partout, quelle que soit l’heure. La nuit tombe. Je me sens déprimée, Enfermée Dans ma tombe. Je sens peser les nuits noires, Nuits blanches,… Lire la suite →

Un monde unique

Ce monde est unique, n’existant nulle part, L’homme à le dévoyer, a pris plus que sa part. S’il existe un monde, quelque part dans l’espace, Si l’homme ose prétendre, un jour, y prendre place, Il faudra y penser à deux… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils