Ligue des Poètes

Auteur

Dimitri Aksil

Théâtre militaire,

Les véridiques vivent dans leurs tanières,
ils sont si loin des idéaux de leurs pairs,
perdant lentement espoir en la lumière,
on les tue, entravés par des muselière

Du rêve au cauchemar,

est-ce que l’on demande à l’arbre,
de nous fournir des fruits chaque saison?
Ma volonté coulée dans le marbre,
j’en ai quasiment perdu la raison.

Le magicien,

Quand dans les abimes je plonge,
j’en reviens avec leurs secrets,
puis l’angoisse qui me ronge,
deviens alors la panacée.

l’aliéné,

Régnant en toute médiocrité,
ses courtisanes sont l’imposture,
de leur union le mensonge est né,
j’ai assisté à cette démesure.

Un jour ou l’autre,

Je suis près à continuer la guerre,
l’été nous pourrons tuer l’ennui,
le tout dans la joie et l’allégresse.

Promesse de lumière,

tu es belle d’être toi,
pas la beauté des papiers glacés,
qui fige les corps meurtris,

Viens,

Tu dois comprendre que je m’en fous de ça,
l’éternité n’est même pas due aux rois,
tous ces trésors nous servirons à quoi?
je vous aime, crois moi ça ne s’achète pas

L’initié,

Mon encre inévitablement a séché,

j’irai raconter mon histoire à la lune,

je souhaite réussir à la faire pleurer,

puis dans ses larmes je plongerai ma plume.

Noces de l’ombre,

Noces de l’ombre assis sur une pierre, au bord d’une fosse, la nuit me fait taire, d’un silence féroce. L’odeur du cimetière, m’apaise par sa force, une poignée de terre, pour sceller mes noces. Une vie toute entière, puis cette… Lire la suite →

Sur invitation,

Sur invitation, je ne t’ai pas invité, pourtant je ne rêve pas, tu t’es permis d’y entrer, tu te demandes pourquoi, de tout mon être je te hais. J’ai retiré mon armure, déposé toutes mes armes, ça devient beaucoup trop… Lire la suite →

l’unijambiste de Montmartre,

il était là, assis seul sur un banc, au milieu des peintres, Place du Tertre, je l’ai observé un petit moment, tout le monde avait l’air de le connaître, lui avait l’oeil totalement absent, à ses côtés, une canne posée… Lire la suite →

…,

…, j’ai tellement de vague à l’âme, elle soupir de ne pas avoir, su garder auprès d’elle l’être cher. De mon coeur émane, une fumée noire, celle du désir brulant de ta chaire. De mes grands yeux verts, s’écoule l’espoir,… Lire la suite →

Paix à ton âme,

je me suis recueilli sur ta sépulture, je t’ai mis en terre tout près de la maison, j’ai inscrit sur ta pierre tombale, à l’or pur, je n’ai aimé que toi, tu es ma raison. Ta famille n’a pas voulu… Lire la suite →

Je suis né

J’ai deux ans, je suis né avant-hier, même que j’ai encore du mal à parler, c’est un cadeau reçu de l’univers, même que bientôt je serai vous aimer. J’ai trois ans, je mourrai après-demain, maintenant que je sais enfin marcher,… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils