Ligue des Poètes

Auteur

Echchikh Adda

Devant l’âtre des chantres

Devant l’âtre des chantres Serre-moi dans tes bras j’ai besoins de ça…. Comme on sert un enfant que tu aimes….. Serre-moi fort contre tes gorges rien que ça…. Pour me traîner dans le rêve de ton schème… Un flux jaillit… Lire la suite →

Ô ma Muse et mon amie,

Ô ma Muse et mon amie, Je ne veux pas partager ta vie, mais je veux la multiplier. Je ne veux pas entrer dans ton lit mais entrer dans ta vie, Tel qu’on rentre chez soi après un long périple… Lire la suite →

Apparences

A ses yeux promettaient la chaleur d’une maison Aux parterres de fleurs et aux tuiles arrondies. Loin de moi le courroux parsème mon esprit… A ces bonheurs indéfinis aux allures des saisons : La douceur de sa voix enchantait les… Lire la suite →

Ma goutte de miel

Ma goutte de miel sur mes lèvres dont je l’ai rêvé Elle fut sentie au goût de jasmin, en sursaut réveillé…. J’ai vue à l’est d’Eden cette faible lueur qui scintillait J’étais encore à mon lit dormant, entrain de rêver…. Lire la suite →

DIPLADENIA

Le décor de mes rêvés conçu pour être mienne. Comme une liane rigide à tous rectos éparse… Elle reste la princesse pressentie de ma maison. Elle est la plus belle de toutes les frondaisons, Elle est la belle qui embellie… Lire la suite →

LE DERNIER SOUPIR

Mes yeux se reposent et se fixent… Tout au long de la journée…. Pour un amour vital et inné Ego est là ! À jurer à courir le risque A vouloir aimer sans gêne et à rendre L’affection à l’au-delà… Lire la suite →

L’âme agacée

Longtemps, j’ai voyagé, mon cœur triste et l’âme agacée Que de fois, je me suis laissé par des sentiments…leurrer Je n’avais qu’une seule envie partir par un temps désemparé Avec le vent…et par chance j’avais la mer pour me consoler…… Lire la suite →

LE RÉVEIL DU DRAGON D’ANVIL

 »Ce jour le 15 Août 2004 » Aujourd’hui, Anvil ouvre les issues aux trimardeurs En élisant Alger, capitale de la France combattante À l’aube libre des téméraires dont l’œuvre fut latente On la médaille par cette soigneuse légion d’honneur. À l’opposé… Lire la suite →

UNE MUSE DES TEMPS ANCIENS

Est-ce que tu arrives des temps anciens Qui me remémorent Palmyre de Zénobie Une épique auquel j’ai peur de l’outrager, Par mes mots souvent pleins de phobie À l’heure où mon espoir s’est découragé, Ô ! Muse chante-moi un refrain… Lire la suite →

LE VENT DU DESERT

Un vent du sud vient par m’exciter, Il a levé les ailes de mon burnous usé. Un vent du haut désert vient me griser L’âme pour un pacte à l’éternité. L’astre qui m’éblouit par son jour A fait naître en… Lire la suite →

MON ORAISON

À l’ébène forestier sous les bois de chêne centenaire, À la tombée du jour quand par malheur je me cache ; Je balade au hasard des idées d’un temps millénaire, Des scènes surannées dont souvent je les rabâches. Au sommet… Lire la suite →

MON HAVRE DE PAIX

La nuit s’installe par son jais le soir La lune par ses éclats brise l’obscurité Entre cette lumière et l’ombre noir Mon âme se défend avec sa témérité De Valmy, à la Sénia mon cœur pris en étau Et la… Lire la suite →

NOSTALGIE

Seul dans mon presbytère je m’impatiente Pour te saisir ce soir dans mon décor, avide Il me rappelle tes baisers autant humides Sur mes lèvres frisées par la brise courante Par cette fin de saison d’automne, Quand la nuit commence… Lire la suite →

Prière de l’aube

J’attends l’aube qu’il se lève en sa pleine sentence Où chacune des créatures acquiert son aubaine Quand l’éclat ceinte la terre et le monde en silence Quand la foule partage des moments bréhaignes. En passant leur temps à calomnier et… Lire la suite →

L’Odeur de ton suif

Ton effluve futile se sent à mon chemin, Et le souvenir d’être ensemble m’envahit. Mon Cœur bat en aparté et s’agrée sans fin À ton amour, dans cette litanie, qui surgit Tel qu’un chant de choriste charitable En plein jardin… Lire la suite →

LA FUGUEUSE

La fugueuse dans sa décadence s’embourbe Aux bas-fonds où se mêle l’attrait modique, Pétillante la nuit, à l’appétit des sataniques, Astreinte au bar à la traîne de vieux fourbes Offerte le soir à la merci d’une tête de con Sur… Lire la suite →

RENCONTRE DE PUR HASARD

Sur ce chenal nous nous rencontrâmes dans une aurore A ce recoin sous ces lumières où siège un grand vide En apparence tu avais l’air déserté et le visage livide Désespéré tu marchais, en scrutant ces lumières fluors. Harassés tous… Lire la suite →

Ma Poète

Ma poète est égale à elle-même et en vigile Avec sa plume magique sans répit elle continue À défoncer le temps, mais toujours est-il Qu’on a besoins de ce temps où se crée la mue En plein scène se régale… Lire la suite →

L’Odeur du pétrole

(Au Darfour Soudan) Nos souverains, ne parlent aucun mot spécifique, A propos d’un Soudan réduit en petite peuplade, En région ethnique où il n’existe aucune bourgade, Que des tribus dépourvues dans une glèbe désertique. Nos souverains, ne discourent aucune note,… Lire la suite →

L’hôte de Zénobie

Zénobie, ce soir ton palais s’ornemente, En me recevant en singulier et en intime, Parmi tes convives qui te fréquentent, Attirés par une générosité grandissime, Une valeur assidue d’une reine Akkadienne, Dont la légende persiste à durer immortelle, Et qui… Lire la suite →

REQUIEM DU SOIR

Viendras-tu ce soir pour me tenir compagnie? A penser comme moi et jusqu’à quel instant On gardera nos avidités cachées, ô mon amie Laisse moi l’espoir de te voir pour un temps Oh ma chère Je suis là! Présent, et… Lire la suite →

Le Consul de Numidie

‘’Lettre de créance’’ Au nom de l’histoire et du peuple de Numidie(18) Je me présente ce jour dans ta citadelle Pour te remettre ma lettre de créance d’un érudit Qui me désigne en qualité d’émissaire près de Palmyre. Envoyé spécial… Lire la suite →

Le Baiser de ma Belle

Hier soir, mon chemin croisa celui d’une demoiselle, Dont les yeux brillaient comme ceux d’une gazelle; C’était au clair de lune, sur la plus jolies des plaines, Et la brise du mistral caressa ses deux joues ébènes; Nos âmes furent… Lire la suite →

LA COPTE DU NIL

De nouveau tu reviens te reprocher ton injonction, (52) De m’avoir éloigné pour que je ne t’aperçoive plus, En restant contraint dans mon large en plein reflux À la mise de mes crédos (53) où fut née ma passion. Désobéissante… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils