Ligue des Poètes

Auteur

Fattoum Abidi

Comme une marque déposée

Ils effleurent les émotions du clavier,
Note ravie ou mélancolique soit-elle
Elle rappelle à l’ordre
De la sincérité de l’âme
Lorsqu’elle est désirée
Ou lorsqu’elle

Les vœux acharnés de la lune

La réunion des étoiles consolide
La relation des enfants de l’espace
Oh ! Là les arbres prient
Mon cœur se recueille avec la ronde.

Ô ! Bombes

Ô ! Bombes
Arrêtez-vous,
Suicidez-vous,
Épongez-vous.

La terre pleure des maux.

Les pas fatigués

Là ma muse est touchée,
Par cette scène d’un temps avancé,
Où la jeunesse adorée
Se soustrait.

Combien de moments ?

Combien de moments ?
Combien d’instants ?
Combien d’années ?
Demeure l’armée immigrée.

Ô ! Poètes

Ö ! Poètes
La création est agacée,
De nos jours elle est frustrée,
Elle observe l’agonie de la juste pensée.

La robe de la lune brille

Le ciel veut qu’on admire sa belle créature,
L’oiseau fidèle pose, sur mon épaule il chante.

Qu’est ce qu’elle fut magique !

Elle s’approcha tout délicatement,
Ouvra grands les yeux, fixa
Ma silhouette pieuse, elle s’exclama,
Son flair la chuchota, la réponse la filtra doucement.

Évasion saoule

Sur la terrasse de l’espace
L’esprit a embrassé sa muse,
Puis il sourit à l’arbre en forme circulaire,
Il regarde le ciel, la lune enlève son drap sous anesthésie.

Un cri tranchant

Ils avalent l’horreur débile.
Sans armes ils sont blottis dans le fleuve
De la dégradation humaine,
La justice est dans un otage féroce.

La plume tenace griffonne

La plume tenace griffonne,
Sur la musique
De la paix
Elle s’y plaît.

Souffrances

J’avale ma tristesse,
Devant une souffrance
Infligée par ignorance ou par indifférence,
L’amitié sincère s’inquiète de manque d’amis(es) fidèles.

L’été fonce le printemps

Je marchais sous un beau temps,
Soudain des grosses gouttes
De pluies se battent, sur ma tête
Pensive il fut un généreux moment.

Dans les chairs intimes

Autour de la table de lecture
Se regroupent des jeunes, des adultes
Et des gens âgés, dont un très vieil homme
Lit délicatement les journaux, et il les contemple.

Des maux couchés

Des mots ont gagné
Un défi de l’espoir déterminé,
Dans la bourse du temps réside
Les expériences enrichissantes.
© Fattoum Abidi

Ö ! Beauté

Ö ! Beauté Ö ! Beauté Ö ! Gaieté, Ö ! Magique nature Vous m’éblouissez les yeux. Vous sentez l’essence D’un parfum magique. Vos odeurs confectionnent Des petites étoiles clignotantes. Mes oreilles partent Dans une audition mélodique Sur les ailes… Lire la suite →

Ö ! Mer

Ö ! Mer Ö ! Mer Ta beauté embrasse Mes mèches libres De mes cheveux ivres, De ta splendeur s’inspire ma muse, Tes vagues me rendent heureuse, Errant entre tes sables dorés mon âme adore Sur tes roches vaniteuses posent… Lire la suite →

Nature Narre

Nature narre Ö ! Mes belles plantes sont esquintées Par la pollution, on ne vient plus chercher Mes médicaments naturels, mes essences Guérissent les maladies atroces. Ö ! Humains recyclez vos déchets, Mes poumons ne respirent plus, ma beauté Devient… Lire la suite →

L’amour universel

L’amour universel L’amour universel Se ressource du cœur humain satiné de joie, Les émotions narrent leurs vibrations adorées de la loi, Les braves émois se font des anges magiques sensationnels. L’amour universel Parle aux oiseaux volant, S’adresse à la nature… Lire la suite →

Comment ? !!!

Comment ? !!! Comment ?!!! Ne pas croire à la paix Elle vibre dans nos cœurs, Elle nous injecte de bonheur, Seulement il faut la mettre en honneur, Les intérêts étroits ferment Les yeux des esprits guidés. L’âme est énervée… Lire la suite →

Amour planétaire

Amour planétaire Amour se ressource des valeurs humaines, Massacrée l’émotion par les coups de guerres, Oh ! La plume est fatiguée de condamner les haines, Une foule de sensations rebelles se manifestent, Rues énervées et Boulevards bouleversés frémissent, Haute la… Lire la suite →

Turbulence

Turbulence Turbulence La silhouette regardait tourner la terre, La douleur creusait fort, le corps risquait de perdre conscience, Les nerfs fragiles s’appuyaient sur un mur dur et tenace, La souffrance a construit son nid féroce. Turbulence La bouche criait fort… Lire la suite →

La pêche des rêves

La pêche des rêves La pêche des rêves Fermant les yeux la muse Pêche les rêves, depuis la mer généreuse Les rêves se métamorphosent en sirène prometteuse. Le ciel bénit la pêche à la ligne inédite, Les oiseaux chantent les… Lire la suite →

La plume tenace

La plume tenace La plume tenace Ne quitte pas sa muse, sur la terrasse Elle griffonne ses méditations sages, Les oiseaux nocturnes se perchent sur l’arbre en rage, La lune ne dort pas, elle assiste la performance De l’encre en… Lire la suite →

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils