Ligue des Poètes

Auteur

Jacques Dejean

Rives et dérives

Les rues entrecroisaient leurs vitrines de givre Leurs troupeaux d’insomnie aux lèvres de saccage Des relents d’alcool noir brûlaient sous les fanaux L’automne s’enrhumait aux portes des bordels Les oiseaux s’en allaient par grappes silencieuses Je vivais en partance inoculé… Lire la suite →

Je te laisse

Je te laisse la nuit et sa fièvre inutile Le lourd galop du sang au croisement des pluies L’ombre qui ne retient que l’écume du vent Les yeux qui fuient la neige sombre de ta peau Je te laisse les… Lire la suite →

La vague

La vague avait laissé tout au bord du trottoir Quelques mots échoués et des rires brûlants Des ombres tatouées tracées comme au rasoir Des dos bâtés des yeux battus des cœurs battants La vague avait laissé sur l’écharpe de laine… Lire la suite →

Clair obscur

Je pleure comme on épépine L’heure chagrine L’orange amère Je ris comme on brise son verre Doigts en prière Sur lit d’éclats Mais que faire de la romance Quand tant d’enfance Quand tant d’émoi Que faire de tout ce charroi… Lire la suite →

Gros sous

N’y a t-il que ça de vrai la braise le pognon Le grisbi le fourrage la sauce et le carbure L’artiche la thune le blé les picaillons Le rafia la galette la douille et la soudure Le fric le flouze… Lire la suite →

Ecoute

Ecoute J’ai froid de ce bonheur hirsute qui revient Au cri blanc d’un fanal nerfs brûlés de musique D’avoir voulu presser les mots entre nos mains Pour l’alcool d’un amour les lèvres en panique Ecoute Les criques sont tremblantes et… Lire la suite →

Départ

Je ne dirai plus rien il n’y a plus rien à dire Mais simplement laisser la porte se fermer Sur l’ombre qui s’en va sur l’absence à venir Sur les soirs solitaires et les matins fripés Je ne briserai pas… Lire la suite →

Notre amour fuit

Notre amour fuit Par les mots égarés dans les brumes qui passent Les rendez-vous que l’on oublie Les guerres lasses Les mots restés au pied du lit entre deux portes Les mots tremblant au bord des jours Qu’un souffle emporte… Lire la suite →

Vous êtes là

Vous êtes là et peu importe Où je vivrai où vous serez Il y aura toujours une porte Qui s’ouvrira quand je voudrai Retrouver nos matins d’enfance Leur folie douce au grand soleil Nos nuits sans fin d’adolescence Où nous… Lire la suite →

L’adieu

Tu t’en vas lentement Les bagages sont lourds j’emporte trop de choses De nos enfances en torche de nos matins fiévreux Des rires partagés de la vie qui s’apprend De coup de poing en coup de coeur yeux dans les… Lire la suite →

Les oiseaux noirs

Les hommes étaient assis au pied de leurs machines Ils ne savaient que dire et regardaient leurs mains Ces mains qui n’avaient pu empêcher la rapine Les vautours volent haut au-dessus des humains Je n’ai pas vu venir les oiseaux… Lire la suite →

Il se peut

Il se peut que tu me redises Pour éviter toute méprise Qu’il n’y a plus rien Qui vaille qu’on rouvre la page Qu’on rajoute d’autres images L’album est plein Il se peut que je me permette Une dernière chansonnette En… Lire la suite →

Petit lutin

Il faisait frimas dans ta cour De ces grands froids qui cognent lourd Dans la mémoire Tu cherchais le temps des cerises De coeurs dépris en nuits promises A tant y croire Tu bâtissais des cathédrales A des rêveries boréales… Lire la suite →

L’enfant qui meurt

Connaissiez-vous l’enfant qui meurt Entendiez-vous l’enfant qui pleure Celui qui n’a jamais rien dit Celui qui n’a jamais grandi Et qu’on laissa derrière soi Par un matin de trop grand froid Qu’on oublia sur le rivage Comme on se défait… Lire la suite →

Matins

Le café noir sur la terrasse La lumière du jour qui passe Au travers de nos rêveries La paix d’une heure qui s’ébroue Au grand soleil contre ta joue La douceur d’une flânerie Là-bas la mort s’invite à table Les… Lire la suite →

Fantômes

Sur la peau froide de mes nuits Les engelures de l’ennui Tu viens glisser des mots de laine On ne réchauffe pas les morts Avec des mots de réconfort Je ne veux pas que tu reviennes Tu me traques où… Lire la suite →

Marie

Marie avait l’âge des fêtes L’âge où l’on joue à trop aimer Et peu importaient les défaites Elle n’arrêtait pas de jouer Elle secouait sa jeunesse Comme un arbre chargé de fruits Courait de rires en promesses Ne craignait ni… Lire la suite →

VIVRE

Il va falloir redire Quand ce monde chavire Que nous sommes debout C’est bien peu une vie Mais c’est la nôtre et qui Décidera pour nous Comment on doit aimer Comment on doit penser A quoi l’on devrait croire A… Lire la suite →

La neige

Ne pleure pas la neige reviendra Elle est partie parce qu’elle avait froid Sous nos chaussures maladroites Qui la piétinaient à la hâte Sans se soucier Du cristal bleu de sa caresse De ces douces rondes d’ivresse Qu’elle nous offrait… Lire la suite →

Une rose

Il avait l’air perdu Il errait dans la rue Les larmes aux paupières Balbutiant quelque chose A propos d’une rose Jetée à la rivière Il semblait enfantin Avec son air lointain Ses cheveux en bataille Et pourtant son regard Portait tout… Lire la suite →

Nocturnes

Ta main qui se retire Et ton dos qui déchire La trame de mes jours L’averse qui efface Jusqu’aux dernières traces Des dernières amours Et la peur qui remonte Des heures que l’on compte Sur les doigts de l’ennui De… Lire la suite →

L’amour était facile

L’amour était facile il suffisait de rien D’un regard d’un soupir d’un frôlement d’un rire Et je t’ouvrais les bras et tu m’ouvrais les tiens Pas besoin de penser et pas besoin de dire L’amour était facile et le ciel… Lire la suite →

JOUER

Je jouerais bien les orpailleurs Pour l’or qui rêve dans tes yeux Pour tes pépites au bout du coeur Pour ce reflet dans tes cheveux Je jouerais bien les funambules Sur le fil de tes rêveries Dessus ton fauteuil à… Lire la suite →

AVANT

Avant le dernier pas Avant le dernier saut Avant le dernier cri La dernière lueur Avant qu’il fasse froid Jusqu’au bout de mes mots Avant qu’il fasse nuit Sur ma dernière peur Je veux tes doigts sur mon visage La… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils