Ligue des Poètes

Site de poésie

Auteur

Le Lion

Trains

J’attends au bord d’un quai – ah, que l’attente est douce Pour le voyageur nonchalant – Un train pour quelque part (ou son équivalent), Plein de cahots et de secousses, Un train qui chanterait aux accents de la voie, Doucement,… Lire la suite →

Variations sur un thème de bac (à vaisselle)

Thème Dans le bac à vaisselle où j’ai accumulé Les plats et les couverts, ni couteaux ni fourchettes. Variations (en dos majeur) Ah, le dos de Marcelle (élue, car elle l’est, De mon cœur), ce dos fier, ce dos vaillant,… Lire la suite →

Ballade des gens qui s’aiment

Vous qui plaignez ma solitude Et ne me trouvez pas très beau, Me comparez à planche rude Qui n’a pas connu le rabot. Pourtant j’ai mis, ne vous déplaise, Maintes fois, je vous le promets, Mon tenon dans une mortaise…. Lire la suite →

Coquelicots, madame

Lorsque je me promène au mois où les blés mûrs Dressent leurs hauts épis dans les champs mordorés, Où les bleuets tapis entre les rangs serrés Chantent une rengaine aux couleurs de l’azur, Il arrive, dès lors que je vois… Lire la suite →

Paysages, d’un train

Du train qui parcourt lorsque je voyage Chaque kilomètre au gré de la voie, Mes yeux vont errant… Tant de paysages, Paysages, tant ! Et moi je les vois… Et moi je les vois, les clochers d’église, Les bourgs, les… Lire la suite →

Un souffle vers l’éternité

Ce poème m’a été inspiré par un livre de Patricia Darré, journaliste et médium (« Un souffle vers l’éternité », Michel Lafon). Quand, naguère vivant, j’aurai fini ma course, Poussière au firmament, loin de tout ce décor, En route vers… Lire la suite →

Ci-gît

À nos chairs disparues. Ci-gît Un pauvre avare aigri aimant les sous, l’artiche Et l’or, Les cimetières gris sont remplis de gens riches Et morts. ♱ Ci-gît Un torero cocu – il est parfois des fins Qui fâchent -, Mort… Lire la suite →

Les mains

Amoureux sur un banc assis Qui vous tenez la main, voici La question que je me pose Quand je vous observe tout choses, Les yeux dans les yeux, bienheureux Comme semblent les amoureux : Ces mains qui se touchent, mystère… Lire la suite →

Parcs

Les torrides journées d’été, lorsque la ville S’échauffe lentement sous les rayons tombant Du soleil effréné qui arde tout, tranquille Je m’assieds un moment à l’ombre sur un banc. Tranquille, je m’assieds ; j’aime les parcs où trône Quelque Vénus… Lire la suite →

Mon amour est si fort

Mon amour est si fort qu’il peut lier les âmes Et j’aimerais tisser aux fils de l’arc-en-ciel Un lien fait d’amour entre nous deux, madame, Ce lien, je le sais, serait essentiel. Mes amis de bon bec, tout ce qui… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils