Ligue des Poètes

Auteur

Olmini Jean

À ma Valentine….de bonheur !

Il y a des jours ou les lumières sont aussi longues que la nuit Il y a des nuits je resterais bien au chaud dans ce grand lit Près de toi, dans tes bras, à faire inlassablement l’amour Un jour… Lire la suite →

L’amour vagabond de Cassandra.

Le poète n’a pas de visage, il est l’image dépareillée Ô combien de fois trompeuse, des rivages ensoleillés Cassandra, est le roseau songeur, souvent cajoleur Elle scrute, l’horizon sous des aspects voyageurs La pluie de ses yeux recouvre son visage… Lire la suite →

Le temps d’une soirée, pour la vie

Nous nous sommes croisés Le temps d’une soirée, nous étions si gênés Rappelle-toi la première fois Nos regards se sont recroisés, courtois J’entrouvre la porte du bonheur Nos bras entrelacés sont en perdition Nous sommes des acteurs Le violon de… Lire la suite →

Deux tableaux papotent

Accroché un à côté de l’autre, une toile s’ennuie Je me morfonds dit-elle, une onde de pluie Me ferait du bien, il n’y a ici que noirceur Personne ne pose les yeux sur ce tableau de malheur Il est vrai… Lire la suite →

Toujours en pyjama

Du soir au matin, toujours en pyjama Caché derrière tes draps tu dessines une colline Un spectacle, une comédie, de ce panorama Que tu gardes au lit, cette outrageuse popeline Enlève cette marmotte, que tu sois séduisante un instant Le… Lire la suite →

Ma page blanche me hante !

Ma page blanche me hante ! Ma page blanche est comme la neige Je suis le chasseur de mots, je mène un stratège De façon à les coincer, à les encercler Dans un pan de ma tête pour plus tard… Lire la suite →

Au nom des mots !

Il y a des mots que la foule implacablement ignore Ce n’est pas parce qu’elle est agoraphobe Non ! Mais les mots voyagent au long cours, des fois à l’aube Arborant le pavillon des poètes, une sorte de métaphores en… Lire la suite →

Je vois tes yeux si bleus

Je vois tes yeux si bleus Si je ferme les yeux, je me rappelle des tiens Chaque jour qui passe, je les revois si bleus Comme une mer calme au large, chagrine le quotidien Je ne saurais me contenter de… Lire la suite →

Salaud, on aura ta peau !

Salaud, on aura ta peau ! Il y a des salauds qui errent sur la terre Des tripoteurs d’enfants, une espèce d’ordure à satisfaire, Elle est déjà une femme enfant, une enfant de seize ans Qui à vu l’ogre ce… Lire la suite →

Le verbe

Tribunal de grande d’instance des mots En accusation : le verbe est traité d’arnaqueur à tout propos Conduit par le président Bescherelle Grand vizir dans sa citadelle Mesdames, Messieurs, nous jugeons aujourd’hui le verbe Qui comme vous le savez, trompe… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils