Ligue des Poètes

Auteur

Piaim

II.

— — — Veuillez noter : Envoi… Total : 4.33 sur 6 votes

I.

  Veuillez noter : Envoi… Total : 5 sur 12 votes

III.

Veuillez noter : Envoi… Total : 5 sur 14 votes

Tous ces sons !

Il y a des sonorités inimaginables, Quelque part sur terre ou dans les airs, Comme le crissement du sable dans l’air, Comme le glissement du coton sur la table. Silencieux dans nos cœurs, Elevé dans nos âmes ! Silencieux pour… Lire la suite →

Fantaisie hivernale

I Je rêvais d’un jour où je pourrais contempler La lumière qui parcourt la voute céleste. Je rêvais des beaux soleils couchants de l’été Toujours à cette même heure, je mets ma veste, Comme une habitude, douce et attendrissante La… Lire la suite →

Dans ma cathédrale

Elle pénètre, glisse de ma plume sur le feuillet, Douce imperfection de mes maux, Elle entre par la grande porte de mon cœur, Émiette la haine pour la rendre impropre, Quand du fusain et de l’aquarelle, j’ai Croqué l’envie, clarifié… Lire la suite →

Dans la journée des chagrins,

Quand les rues de ma ville Se parfument de chagrin, Où les voyageurs imprudents et vils Errent les yeux baissés, les mains Dans les poches, des panaches De fumée provenant des bouches D’égout nous arrachent Des hauts-de-cœurs, et la douche… Lire la suite →

Le dernier voyage

Une voix : « Il faut laisser les lourdauds diriger le monde, Ils n’ont que la mesquinerie de leurs pupilles Pour rayonner dans leurs propres visions futiles Au Panthéon (la pluie de nos regrets inonde) » La pensée : «… Lire la suite →

Mossoul, Alep et les autres

Le rythme des bombes comme pluie, Les torrents de feu s’accumulent Et s’accélèrent dans nos nuits, Entre les nuages de poussière, nul Ne doute de la mort. Pas même la vie ! Les nuages se transforment en eaux, Et le… Lire la suite →

Gaza

Quand j’étais jeune, nous jouions à ce jeu. Cela semblait si vain, faire semblant de tomber sous les pluies ennemies. Même faire semblant, de se perdre dans les ruelles, à se cacher de l’ennemi. Nous avions chacun un camp, un… Lire la suite →

Dans le brouillard

I J’ai apprécié aux cieux, le calme et silencieux Sentier qui menait là, vers les crêtes d’antan, Et penché sur le monde un regard bienheureux, -Personne pour troubler l’immensité du temps-. N’avez-vous jamais eu plaisir de savourer Dans le brouillard… Lire la suite →

Ces instants magiques

Tous ces tendres chemins qui sentent le jasmin Toutes ces douces sentes et ces roseraies lasses Qui attendent comme l’ambre qui jouit voisin De la résine, coule et embrasse le pin, Tu es là ! Ô mes rêves pensés. Tu… Lire la suite →

Autrives et alcôves

Je froisse dans mes mains, l’avenir qui dérive, D’une effigie absolue, j’aime sa beauté ! L’étincelle d’un soleil stridule à l’autrive, Ton regard vert soulignera sa primauté. Des quais âgés, calage horaire de l’amour Assoupit sur un lit, je saisis… Lire la suite →

Ange

Et dans la nuit noire, mon bel ange s’envole, Au fond d’un édifice érigé en stuc noir ; Quand du temps, tu prendras pour prison chaque soir Pour ton âme troublée, d’un abandon frivole ; Dans la terre, broyant ta… Lire la suite →

Le jardin d’Eden

Je scrute les voix sans timbres pleurant de haines, Dans vos regards navrés et dans l’orage gris Où viendront s’offenser sur ces larges replis Les vaisseaux des âmes ; -longeant les mornes bennes.- Si une main amie cultive tes pensées… Lire la suite →

A ces heures en deuil

II Songez ! Tous mes amis, au festin des vivants, Je prendrai cette place au milieu de chacun, Vous décrire contrées et pays attrayants, Autrefois visités qui faisaient nos chemins. Ce pré ! Nous l’aurons tous, l’oiseau aussi l’aura, Il… Lire la suite →

La perverse narcissique

Elle est du genre à se plaindre, Sans cesse, à geindre pour geindre, Elle est orchidoclaste sur les bords, Elle semblait sortir d’une nodocéphale, Cette gourgandine, qui s’affale Sur des canapés, sur des sofas de tous bords. Elle s’offrait le… Lire la suite →

La Roche-Posay (Partie I)

I D’un monde qui se gangrène Qu’est-ce qui me retient plus que la peine Je n’en ai jamais assez de vivre Et de l’eau qui m’enivre. Qu’advienne que pourra du temps des antiques Ô civilisations qui laissent leurs imaginations J’en… Lire la suite →

A l’océan

Des nuages, n’épousent-ils pas du rêve, Quand l’écume, par les vents, se lève, Et l’algue vainqueur part à la conquête D’une plage tranquille, à la grève défaite. D’une étoile que l’on contemple dans le sextant, Comme une étoile filante sur… Lire la suite →

Du matin et du soir (spleen)

Quand, à cette heure-ci, de nos cœurs en souffrance, Bercé par cette errance où viennent nos vains pleurs, L’injure de ce temps offre d’une partance Pour des lieux décisifs aux dérisoires cœurs. Que vous dormiez encor me semble si certain,… Lire la suite →

Brumes et incantations

Des néons de pollen s’envolent vers le ciel, Dans la chaleur du temps des amis égarés, Des néons de pollen ont la couleur du miel, Comme les fantômes de nos anciens étés. Dans le vase une rose attend à nouveau,… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils