Ligue des Poètes

Auteur

Robert Marois

Nous le regretterons…

Un fumeur s’éteint Expirant son poison Une cigarette au bec Une ville fantôme lave Ses draps blancs noircis De poussière de charbon Harponnée la baleine bleu Jette un dernier coup d’œil Accusateur au chalutier L’our blanc à la dérive Sur… Lire la suite →

Ces mots infidèles

J’ai dit mon silence devant les «tu m’aimes-tu» Je ne peux pas non plus l’écrire à un fantasme Pour moi imaginer l’amour c’est un peu mentir À celle que l’on aime en lui disant que l’on peut En aimer une… Lire la suite →

EXIT

Prends une tasse de rhum Tu es rendu au paradis De la femme en masse Qui satisfont tous tes désirs Un géant indien à la porte D’un café sombre et enfumé Vend de l’alcool à prix fort Pour de la… Lire la suite →

Élections glouglouglou!

Promesses et fausses notes Vous n’aurez pas mon vote Les partis n’ont pas la cote Tous des repères de potes La réalité dépasse la fiction Peu importe les élections Le dollar a la part du lion Le peuple perd ses… Lire la suite →

l’interrogatoire

Ce jour je me suis demandé si… Non! Répondez clairement à la question! Je me suis demandé ce jour si… Non! Vous ne répondez pas à la question! Je me suis demandé si ce jour… Non! Vous ne comprenez pas… Lire la suite →

L’amour en chômage

Il a essuyé du doigt La larme sur sa joue L’amour a goût de sel Les jours de séparation Des corps s’aimantant La femme mouchoir L’homme baluchon Elle a la marmaille Lui est sans travail Veuillez noter : Envoi… Total… Lire la suite →

Colonisation

Bouture De culture D’une fleur blanche Des côtes de La Manche Ligature D’une progéniture Au fil courant Du fleuve Saint-Laurent. Devanture Des battures D’une Amérique Qui s’étrique. Rupture De la nature, Flore sauvage Livrée en pâturage. Veuillez noter : Envoi…… Lire la suite →

Mon ami intime

On développe des fixations seul dans son lit : Pénis, oreilles, orteil, pouce. Moi ce fut le nez, Canal congestionné que j’irrigue de mon doigt Jusqu’au jour où on te dit sans ménagement de Bien vouloir ôter ton doigt de… Lire la suite →

Pièges à poésie

(poème d’apprentissage) Pièges à poésie. Quels dangers guettent l’écriture poétique? Ce sont tous les raccourcis de la phrase. Dans les villes on les prend par les ruelles, À la campagne à travers champs et boisées Et dans la vie ils… Lire la suite →

Est-ce que tu m’aimes

Pourquoi ne me dis-tu jamais je t’aime? Parce que j’ai peur que mon amour ne soit pas à la hauteur Parce que je ne veux pas que mon amour soit banalité Parce que je ne veux pas que mon amour… Lire la suite →

La musique

Une nuit où je dormais dans le bois Dans les Rocheuses canadiennes J’ai été fasciné par les épinettes Qui oscillaient en absence de vent J’ai pensé qu’elles se balançaient Au gré de la rotation de la terre Comme les montagnes… Lire la suite →

Haïku

polir l’image pour lui donner l’éclat de la vie afin de mieux voir l’âme de toutes choses et le sens des mots voie de l’humilité de l’écriture dans l’univers infini Veuillez noter : Envoi… Total : 4.5 sur 10 votes

Moi

À ce stade du concours où les rumeurs vont bon train j’ai pensé vous écrire une petite prose sur moi en tant que poète autodidacte. Plusieurs auteurs ont écrit des romans autobiographiques levant plus ou moins haut le voile sur… Lire la suite →

Un homme capable de se défendre

Un homme se fait violer Sans témoin par un docteur Lui-même ne peut y croire Il s’était courbé volontairement Pour un touché anal Il avait ressenti des secousses Presque animales mais rien vu De dos le docteur avait dit en… Lire la suite →

à ma Rosa (2)

Mes poèmes ébréchés Je les offre Aux vents qui soufflent Entre les planches mal jointes De mes amours. Mes jours ensoleillés Je les offre À la poussière d’or filtrant Entre les planches mal jointes De mes amours. Mes nuits d’éternité… Lire la suite →

Coup de coeur!

j’ai posé mon nez à ta fenêtre et vu des plaines d’amour souviens-toi nous nous sommes aimés à bout de souffle nous étions jeunes nos corps se pliaient à tous nos désirs Veuillez noter : Envoi… Total : 4.22 sur… Lire la suite →

Non! papa Non!

Non! papa non! Qui sont ces pères Qui nous serrent trop fort Nous arrachent à notre mère Dont l’amour nous fait du tort Nous font vivre leur enfer Qui nous entraîne dans la mort Dans avec une main de fer… Lire la suite →

Il neige des coquelicots

Il neige des flocons de cendre Sur Nagasaki et Hiroshima C’est que la terre s’était envolée Dans un souffle pour retomber En petites fleurs fragiles Sur Nagasaki et Hiroshima Des mouchoirs et des linceuls Blancs dans l’immonde mouroir Une trêve… Lire la suite →

L’armistice

La paix se signe à l’automne Les chars labourent le sol Le tonnerre de métal Tuait le silence à tue-tête Ils tuaient à tue-tête Les canons à bout portant Ils s’enfonçaient jusqu’au manche Les baïonnettes tranchantes Ils criaient à tue-tête… Lire la suite →

La découverte du feu!

J’ai longtemps admiré mon grand-père Pour son aptitude à tirer le feu dans sa pipe La flamme qui se recourbait et pénétrait Dans celle-ci comme mue par un génie. Cette magie commençait par un frottement Toujours imprévisible selon les moments… Lire la suite →

Mes poèmes vandalisés

Ô mes petits poèmes Mes petits trésors Que je gardais Dans mon cœur Je vous ai dilapidés Pour des vétilles Où son mes ç Qui me faisait rêver Aux fresques Arabes De l’Alhambra Où sont mes (¨) cadeaux Que je… Lire la suite →

Les mots désolants

Lorsque les mots se détachent de nous en petits flots de larmes retenus trop longtemps, ces mots désolants de la fin qu’on ne peut réunir en phrases de rédemption ni de réquisitoire, ces mots qui débutent une lettre et se… Lire la suite →

Le CH tatoué sur le cœur.

La finale Canadien Boston La victoire est au bout du bâton Plus que dix seconde au cadran La tension monte d’un cran Comme le héros d’un conte Je m’échappe, lance et compte ! Les applaudissements tonnent. Endormi avec le catalogue… Lire la suite →

Mon amérique insouciante

Je n’avais qu’un média d’information lorsque j’étais jeune. C’était d’épier les conversations des grands avec le boulanger qui passait après que je sois monté me coucher. Étendu par terre, près de la bouche d’aération de la chambre, je parvenais à… Lire la suite →

© 2019 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils