Ligue des Poètes

Auteur

Sylvie Margeon

HUMANITÉ EN OFFRANDE (26)

Une main tendue,
Sollicitude.
Enfin disparue,
La solitude.

POÉSIE (25)

Dans les ressacs de l’âme
La poésie prend sa source
Se nourrit parfois de drames
Mais grâce à elle, on se ressource

Les mots silencieux du cœur

SPLEEN (24)

Pourquoi ce spleen
Envahissant
Où tu déclines
Tous tes tourments

PRÉCARITÉ (23)

Routine, lassitude
Le poids des habitudes
Les jours se succédant
A un rythme effréné
Font que bon an, mal an
Le souffle vient à manquer

SEPTEMBRE (22)

Septembre est là qui s’installe
Et l’été va s’ faire la malle
Encore besoin d’évasion
Avant les frimas grognons.

Faire un tour à la campagne
On y sabre le champagne

BONHEURS A NOTRE PORTEE (21)

Qu’il est divin de se laisser griser

Par une belle musique bien rythmée

Oubliés tous les soucis quotidiens

Envolés avec les notes au lointain

LA MONTAGNE EST REINE (20)

Sur la route, le paysage s’offre à nous, somptueux
La montagne se profile en camaïeu de gris
Nombreux, les nuages moutonnent, en balbutiements

LE TEMPS BENI DES VACANCES (19)

Fini le temps béni des vacances

Ensoleillées par ta seule présence

Chaque instant passé auprès de toi

A ce charme des premières fois

DEUX AMANTS (18)

M’enivrent tes sourires
Mélancolie lascive
Tu me retiens captive
A l’ombre de tes soupirs

LE TEMPS, C’EST DU VENT (17)

Le temps,
C’est du vent
Telles des fleurs fanées
S’envolent les années

LES COULEURS DE L’OUBLI (16)

Dans les couleurs de l’oubli
Tu glisses dans ton monde
Ne veut rien savoir de ce gris
Qui rend ta vie nauséabonde

J’AI TOUT PERDU (15)

Sanglotent les heures au tic tac de l’horloge
Devenues si mornes privées de ta présence
Comment combler ce manque, aussi je m’interroge
Sur le pourquoi des choses qu

UN AUTRE AILLEURS (14)

Mélopée envoûtante
Murmure inaudible
Sensation troublante
Soupçon d’indicible

AU RYTHME DE TON CŒUR (13)

Je rythme mes humeurs
Aux battements de ton cœur
Au tempo harmonieux
De nos corps amoureux

LA BEAUTÉ DU CŒUR (12)

Le physique n’est qu’une enveloppe
Une ressemblance familiale
L’important, c’est ce qu’on développe
Pour, en soi, devenir original

Inutile de van

LE TEMPS FILE (11)

Débordée…

Plus le temps d’écrire

Épuisée…

Il y a tant à vivre

BULLES D’ÉMOTION (10)

Sensibilité à fleur de cœur
Des larmes perlent à ses paupières
Pourtant pas de raison particulière

Comme des bulles de malheur

UNE VIE A AIMER (9)

Se laisser aller à des jours heureux
Ne pas faire grise mine sous des prétextes fallacieux
Et guider son cœur loin des vents mauvais
Qui embrouillent l’esprit et le

OSMOSE (8)

Ne crois pas mon amour
Que mes mots se sont taris
Pour chanter les beaux jours
Qu’avec toi, enfin, je vis

SALOPERIE DE MALADIES (7)

Toutes ces maladies…
Qui pourrissent la vie

Sournoises, hautaines;
Qui toisent, souveraines;
Insidieuses, elles affolent;
Douloureuses, nous isolent

LASSITUDE (6)

Englué dans sa vie et ses viles turpitudes
Recroquevillant envies en amère solitude
Il aimerait s’éloigner de ces matins chagrins

UNE VOIX S’EST TUE (5)

Il est des voix qui nous accompagnent

PART D’OMBRE (4)

Idées sombres
A ressasser
Cette part d’ombre
A effacer

AU RÉVEIL (3)

Le sommeil déserte
Les mots tracent leurs sillons
Toutes ces idées offertes
Deviennent des bourgeons

© 2018 Ligue des Poètes — Implémenté en WordPress

Thème écrit par Anders NorenHaut ↑

Choose A Format
Poème
Formatted Text with Embeds and Visuals
Aller à la barre d’outils