Partagez

Automnales

Par le hasard de l’automne disséminées, 

Quelques feuilles résistent encore, accrochées

Lançant leurs dernières couleurs bariolées.                                                                                                                        

Dans une bataille pluvieuse perdue d’avance,

Elles se disperseront condamnées à la déchéance

Lâchant dans leur sillage une ultime fulgurance.                                                                                                 

Le vent gommera ces taches de lumière

La nature a fini sa tache de costumière,

Rentrons nous blottir en nos chaumières.                                                                                        

Épouvantails nus agitant leur dérisoires brindilles

Espérant attirer un regard où plus rien ne brille,

L’espace n’est plus infini, lui aussi se recroqueville.                                                                       

Les oiseaux ne chantent plus, atones

Leur chant s’étouffe avec l’automne 

Dans un nichoir que leur duvet capitonne.                                                                                       

La lumière est basse

La lumière est lasse

La lumière se tasse.                                                                                                                             

Le gris installe son royaume

Ses ombres, ses brumes, ses fantômes 

Dehors traînent encore quelques hommes.                                                                                            

        Un clocher sonne minuit,

    Une lune froide repeint la nuit

    Quelques nuages s’y ennuient…                                                                                                                                                                                                                                                               Gael Schmidt – Octobre 2018 tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 33 votes