Partagez

Automne, à pas feutrés…

Dans un bouquet de feu et de couleurs,
Discrètement, je me suis immiscée,
Dans une fête, costume de bal masqué,
Ambiance gaieté, ambiance apesanteur…

Sur mousses et humus des sentiers,
Cueillette du temps à pas feutrés.
Teintes captives, trésors, secrets,
Ocres et carmins raviront les herbiers.

Arbres, de la forêt, majestueux sujets,
Votre parure, en touches, en multitude,
Infinis dégradés, des notes, l’interlude,
Ta robe qui chatoie, Automne tu plaît !

Contemplation ! L’éloquence de la lumière,
Ombres, pénombres, lueurs et contre-jours,
D’une étonnante clarté, s’annonce au détour,
En sous-bois, reflet de glycine, une clairière.

Au balcon des saisons, source de l’inspiration,
Mon âme de poète se risque à quelques vers
Avant que l’hiver, paisible, n’efface tout le vert,
Tant d’émoi, ô vibrante, si exaltante méditation !

Jamais de superflu, à l’état pur est la beauté.
Pour les yeux du peintre, Nature est coquette,
Capture des tons, des nuances, une palette,
Tel l’éclat d’un miroir que sur la toile il a posé.

Et chantent les oiseaux et puis s’invite le musicien,
Symphonie féerique, notes de joie, d’embrasement,
Sonate romantique, quiétude, écho des sentiments,
Automne, riche est ta moisson, l’artiste le sait bien…

Ils ont composé sous les ombrelles éphémères
T’offrant l’immortalité dans leurs œuvres éternelles.
Sur la toile de lin, la feuille, la soie, en aquarelle,
Entre feu et pastel, dans l’émotion, leur univers.

Dès l’orée, attirée, captivée, émerveillée, curieuse,
Je me suis aventurée, le seuil franchi, j’ai vu et regardé,
Entendu et écouté, conquise par l’aura et la beauté,
Nature est prodigieuse, sa chanson est mélodieuse.

Interpellée, devant un tableau je me suis arrêtée,
Pourquoi résister, à petits pas, silencieusement,
Dedans je suis entrée, passante d’un autre temps,
Dans un bel automne, par l’artiste accompagnée…

Pascale Mège-Monier
Illustration Tableau de Michele Vandeneycken



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.62 sur 8 votes