Partagez

J’irai puiser les mots dans les sables mouvants,
Panser mes plaies douloureuses entre vents et marais,
Adoucir dans le courant les heures agitées,
Nettoyer sous les vagues le sel larmoyant.

Près de la Clape je noierai tous mes chagrins
Dans ce gouffre sans fond à l’abri de tout,
Le regard tourné vers un Monde à  genoux
Où les griefs s’enfuient à  grands pas au loin.

Mes derniers poèmes lèveront le voile,
Dans mes bagages, tout au fond ton étoile
S’enfoncera pour toujours dans les eaux profondes.

Dans le vert turquoise de l’Oeil Doux de Saint Pierre
Je plongerai tous mes vieux souvenirs d’hier
Et je te suivrai dans ce nouveau Monde !

Martine BES
08/06/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.97 sur 59 votes