Partagez

Il se voyait Crésus, aux sources du Pactole,
Il chantait à cœur-joie, il croquait le raisin
Après le temps du maigre à courir la pistole
Il montait au pinacle, à lui le Capitole,
Sous les ors du palais, son riche magasin
Il toiserait l’intrus, le juge et l’argousin.

L’infortuné maraud qui fuyait l’argousin
Trébucha par hasard aux rives du Pactole
Révélant tout de go l’avoir en magasin,
Des paillettes partout, le vin et le raisin,
Des intrigants zélés, la cour au Capitole,
Le prix de son oubli de l’unique pistole.

Fourvoyé qu’il était, et braquant la pistole
Sur le gredin casqué qui jouait l’argousin,
Cent fois il dut prier dans le froid capitole,
Avec l’espoir qu’un jour, il aurait ce pactole
Pour fuir mille dangers, le cachot sans raisin,
Et tout ce superflu hantant le magasin.

Qui donc offrit les clés ? L’opulent magasin
Devenu sienne chose, il arma la pistole,
Résolut de couler le sang tel le raisin,
Pour asseoir son pouvoir sur le vil argousin ;
L’intarissable flux de la Dame Pactole
Devrait étendre loin la loi du Capitole.

Ainsi l’ordre donné depuis le Capitole
L’accès libre permis au fonds du magasin,
Une armée, un trésor, authentique pactole,
Il savourait serein le sort de la pistole
Délié qu’il était de l’ignoble argousin
Qui convoitait son bien, et même son raisin.

À trop courir en vain, on gâche le raisin
« La roche tarpéienne est « près » du Capitole » ;
D’autres chefs ont armé le vaillant argousin
Dévalisé, pillé, brûlé le magasin,
Laissé le Roi tout nu sans la moindre pistole,
Et ce pauvre cours d’eau qu’on nomme le Pactole.

Prends l’ultime pistole, intrépide argousin
Les ors du Capitole ont gâté le Pactole
Le morne magasin ne sert plus de raisin.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.6 sur 15 votes